Fermer le menu

  Podcast

Reportages Vivre FM

Nous avons visité un centre d'accueil de jour pour personnes âgées, véritable alternative à la maison de retraite

1 oct. 2018 à 14:21

Nichée dans un bel immeuble du 16ème arrondissement de Paris, la maison Felippa propose à ses bénéficiaires en situation de grand âge, des ateliers divers (stimulation de la mémoire, exercices physiques ...) pour les aider à rester indépendants le plus longtemps possible. Une initiative innovante en France qui répond à une véritable demande, alors que 90% des personnes placées en maison de retraite le font contre leur volonté. Un reportage de Benjamin Drouadaine.

Comment permettre aux personnes âgées souhaitant rester autonomes de voir leur vœu se réaliser ? À la maison Felippa, on essaie de répondre à cette question quotidiennement. Dans cet établissement d’accueil de jour, la petite équipe qui gère les lieux organise toutes sortes d’ateliers pour ses visiteurs, afin de les aider à stimuler leurs capacités psychiques et cognitives nécessaires pour leur autonomie. Au menu, exercices musculaire, travail de mémoire, initiation aux nouvelles technologies, ou encore Art thérapie, les bénéficiaires apprécient bien. On arrive à faire quelque chose d’esthétique, on cherche ce qui a de plus beau, ce qui a de plus frais, et on essaie de l'inscrire sur papier, déclare Yasmina alors qu’elle inscrit elle-même deux magnifiques papillons sur sa feuille lors d’un cours d’aquarelle, Ça me fait beaucoup de bien, on est autonome dans ce qu'on fait, on essaie de réaliser le meilleur de soi même.

 

« Je voulais rendre hommage à ma grand-mère »

 

C’est grâce à son fils que Yasmina a entendu parler de l’établissement, elle qui cherchait une structure capable de l’accueillir pour passer ses journées. Sa situation est assez semblable à celle de la plupart des bénéficiaires, amenés ici par leurs enfants afin qu’ils préservent leur indépendance. C'est aussi ce que Régina de Benoist, la fondatrice, aurait voulu faire avec sa grand-mère, dont elle a donné le nom à la maison.

Quand elle nous a quittés, il y a quelque chose qui s’est réveillé dit-elle, sociétalement parlant, le regard que l’on porte sur les personnes âgées est trop lourd, déjà ils doivent supporter cette perte d’autonomie et en plus ce regard sociétal où on les met de côté, c’est comme ci parce qu’on est vieux, on n’a plus le droit d’exister. J’avais une quarantaine d’année, mes enfants étaient plus grands, je me suis dit pourquoi ne pas essayer donc j’ai quitté mon boulot dans la finance pour réfléchir au sujet.

 

Une réponse à la demande des personnes âgées

 

Lorsque Régina se lance dans son projet, il n'y a pas d’établissement d'accueil de jour non médicamenteux, c'est à dire accessible aux personnes qui ne souffrent pas de problèmes de santé important. C'est pourquoi elle part chercher l'inspiration au Canada, en Espagne, ou encore au Japon, ou des structures innovantes existaient déjà. Elle finit par créer la maison de ses rêves après avoir été rejointe par Célia Abitat, à l’époque directrice de maison de retraite, elle lui apporte l’expérience professionnelle dont Régina avait besoin. Après plusieurs années à diriger une institution spécialisée, Célia à également finit par penser que le maintien à domicile est la solution la plus adaptée pour l'épanouissement des personnes âgées.

En France on constate que les gens qui sont au domicile souhaitent y rester, et très souvent, il se passe un accident, en général une chute, qui décide les familles à prendre des décisions et de rentrer en institution fait elle savoir. Hors, on se rend compte que c’est souvent une décision qui est prise à contre cœur, que les gens ne sont pas heureux à l’idée de quitter leur domicile, et qu’il y a une petite niche, minuscule, entre le domicile et la maison de retraite, donc petite niche que nous avons décidé de creuser, qui est un intermédiaire, une alternative possible.

 

Une ouverture vers la société moderne

 

Pour que le quotidien des bénéficiaires ne se résume pas à de simples tests de mémoire et autres exercices qui pourraient se montrer redondants, l’équipe de Felippa a à cœur de proposer des activités qui pourraient intéresser le plus grand nombre, avec si possible une petite touche d’originalité. On a aussi à cœur de proposer des initiations aux nouvelles technologies, de faire connaitre ce monde, un peu à part, aux personnes âgées qui essaient Internet, qui ne connaissent pas forcément, et de rompre l’isolement numérique des personnes âgées quand elles chez elles déclare Myriam Martineau, aide médico-psychologique de la maison Felippa  En terme numéraire d’activité, je crois qu’on en a réalisé à peu près 500 ateliers en 2017, et nous sommes toujours ouvertes à ce qu’il y en ai d’avantage

Toutes ces activités sont réalisées par des prestataires extérieurs à l’établissement, il en va de même pour les offres de restauration et de transport proposés aux bénéficiaires, et tout cela à un prix. Il faut compter 50 euros pour la demi-journée, 90 euros pour avoir le repas et un atelier supplémentaire.  Dans l’optique d’une baisse du coût de ces formules, l’équipe de la maison Felippa cherche à obtenir le soutien d'institutions telles que la mairie de Paris, dans le but de faire reconnaitre l’accueil de personnes âgées comme cause sociale, à la manière de ce qui ce fait déjà pour l’accueil de la petite enfance. On est ouverts à toutes possibilités de rencontres avec les institutionnels, pour pouvoir ouvrir notre institution au plus grand nombre fait ainsi savoir Célia

A ce jour, le bouche à oreille commence à faire son petit effet et la maison attire de plus en plus de monde, reste à savoir si la recette sera reprise ailleurs.

 

Sur le même thème :

L’intelligence artificielle au service du grand-âge

Grand-âge : Les propositions du gouvernement sont-elles suffisantes ?

Domicile ou EHPAD ? Faut-il vraiment choisir ?

Partager : J'aime Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Flux RSS de l'émission

Plus d'infos

AAH Accessibilité AESH AG2R LA MONDIALE Agefiph Aidant AIRe Allocation aux adultes handicapés Altérité Alzheimer ANAIS APF France Handicap Application Association ASEI Athlétisme Attentat Autisme AVC Aventure Aveugle Banque Populaire Bataclan Bénévolat Billet d'humeur Blandine Lacour Brûlures Cancer Canicule CCAH Cécité Championnat du monde Chanson Chatbot Chien-guide Cinéma Coupe du monde Croix-Rouge français Crowdfunding Culture Cuisine Défi Défi solidaire Diabète Différence Discrimination Diversité École inclusive Ecologie Éducation EHPAD Élection Élèves handicapés Emploi Enfant Entreprise Entreprise adaptée Environnement ESAT Estime de soi Étude Étudiant Exclusion Fauteuil roulant Famille FEHAP Femmes Fêtes Film FIPHFP FIRAH Fondation Fondation April Fondation Banque Populaire Fondation Falret Fondation Léopold Bellan Foot Formation Gay Games Goalball Grand Age Handicap Handicap mental Handicap moteur Handicap psychique Handicap visuel Handisport Harcèlement Histoire Homosexualité Hôpital Humour Hyperactivité IMC Inclusion Innovation Insertion Insolite Isolement I Wheel Share Journée Spéciale Aidants Actifs 2018 Justice Klesia Ladapt Lecture LGBT Livre Logement LSF Lyon Maladie Maladie rare Malvoyant Mbappé MDPH Mécénat Médialab Mode Musique Natation Nexem OCIRP Opération Paralysie cérébrale Parkinson Photographie Politique Prothèse Prévention Reportage Réchauffement climatique Recherche Rentrée Rugby-fauteuil Santé Santé mentale Scolarisation Scolarité SDF Seniors Sexualité Sida Société Solidarité Solitude Sommeil Suicide Sport Sport adapté Stress post-traumatique Surdité TDAH Technologies Télévision Théâtre Tolérance Tourisme Transports Traumatisme Trisomie 21 Tumeur UNICEF Vacances Vivre Ensemble Vivre et devenir Wilson Zoothérapie

Rester informé