Fermer le menu

  Podcast

Bien dans sa tête - Le grand témoin

Louise Adelson auteure de La Mal-blanchie : “Je n’ai jamais souhaité être plus noire ni plus blanche”

4 avr. 2019 à 09:00

Très tôt confrontée à la différence, Louise Adelson a construit son identité à la frontière entre deux cultures. Descendante d’esclaves martiniquais par son père et de paysans vendéens par sa mère, ce n’est qu’au contact d’autrui qu’elle a pris conscience de ce qu’elle représentait aux yeux des autres. Elle se confie dans l’émission Le Grand Témoin - Bien dans sa tête présentée par Carole Clemence et revient sur son ouvrage "La Mal-Blanchie" aux éditions L'Harmattan

Très tôt confrontée à la différence, Louise Adelson a construit son identité à la frontière entre deux cultures. Descendante d’esclaves martiniquais par son père et de paysans vendéens par sa mère, ce n’est qu’au contact d’autrui qu’elle a pris conscience de ce qu’elle représentait aux yeux des autres. 

“Je n’ai jamais souhaité être plus noire ni plus blanche” affirme d’emblée Louise Adelson qui n’a pas été confrontée, lors des premières années de sa vie, aux problèmes que pouvaient poser la double culture. Ayant grandi dans un cocon, ce n’est qu’à l’école que les choses se gâtent et que les insultes fusent. "Mal-blanchie, bamboula, négresse, singe" : la petite Louise est victime d’insultes, de discriminations qui perdurent quelques années.

Ayant souvent été la seule “personne colorée” de sa classe, selon ses mots, et venant à fortiori d’un milieu social défavorisé, discriminations et mises à l’écart étaient le quotidien de notre invitée. Une autarcie que vivaient également ses parents qui ne “fréquentaient personne”. Celle qui a mené une carrière en communication, s’est également intéressée à la question de l’esclavagisme qui suscite un grand intérêt chez elle. En se replongeant dans cette histoire douloureuse, qui était aussi celle de son père, elle nous avoue s’être sentie davantage noire que blanche.  

Pour autant, lorsqu’elle se rend en Martinique, elle prend conscience du fait que pour les populations locales, elle est considérée comme "venant de métropole". De plus, le fait que son père eût épousé une blanche était à l'époque perçu comme une trahison.

De toute cette expérience, Louise tire une morale : la différence n’est pas une malédiction et permet de développer sa résilience. Il y a mille façons de s’épanouir et de se faire une place. C'est ce beau message d'espoir que Louise Adelson veut faire passer dans son ouvrage, La Mal-blanchie

Partager : J'aime Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Flux RSS de l'émission

Plus d'infos

AAH Accessibilité AESH AG2R LA MONDIALE Agefiph Aidant AIRe Allocation aux adultes handicapés Altérité Alzheimer ANAIS APF France Handicap Application Association ASEI Athlétisme Attentat Autisme AVC Aventure Aveugle Banque Populaire Bataclan Bénévolat Billet d'humeur Blandine Lacour Brûlures Cancer Canicule CCAH Cécité Championnat du monde Chanson Chatbot Chien-guide Cinéma Coupe du monde Croix-Rouge français Crowdfunding Culture Cuisine Défi Défi solidaire Diabète Différence Discrimination Diversité École inclusive Ecologie Éducation EHPAD Élection Élèves handicapés Emploi Enfant Entreprise Entreprise adaptée Environnement ESAT Estime de soi Étude Étudiant Exclusion Fauteuil roulant Famille FEHAP Femmes Fêtes Film FIPHFP FIRAH Fondation Fondation April Fondation Banque Populaire Fondation Falret Fondation Léopold Bellan Foot Formation Gay Games Goalball Grand Age Handicap Handicap mental Handicap moteur Handicap psychique Handicap visuel Handisport Harcèlement Histoire Homosexualité Hôpital Humour Hyperactivité IMC Inclusion Innovation Insertion Insolite Isolement I Wheel Share Journée Spéciale Aidants Actifs 2018 Justice Klesia Ladapt Lecture LGBT Livre Logement LSF Lyon Maladie Maladie rare Malvoyant Mbappé MDPH Mécénat Médialab Mode Musique Natation Nexem OCIRP Opération Paralysie cérébrale Parkinson Photographie Politique Prothèse Prévention Reportage Réchauffement climatique Recherche Rentrée Rugby-fauteuil Santé Santé mentale Scolarisation Scolarité SDF Seniors Sexualité Sida Société Solidarité Solitude Sommeil Suicide Sport Sport adapté Stress post-traumatique Surdité TDAH Technologies Télévision Théâtre Tolérance Tourisme Transports Traumatisme Trisomie 21 Tumeur UNICEF Vacances Vivre Ensemble Vivre et devenir Wilson Zoothérapie

Rester informé