Militant, engagé, ingénieur, financier, il se proclame aveugle et arabe parce que c'est l'image que la société lui renvoie.

Il utilise cette image pour mieux la déconstruire.

Cet aveugle voit la réalité en face !

Il dit de lui qu'il est "autro-centré". Le contact, il ne le cherche pas, il le trouve depuis toujours.

Il laisse parler son coeur, s'inspire de l'autre et affirme qu'il est une erreur sur pattes. Essayer, réussir, se planter. C'est comme ça qu'il apprend.

Il parle de son Algérie natale avec une nostalgie assez sombre. 

"Qui verrait son pays tellement beau s'enfoncer dans ce marasme sans être désolé. 200,000 morts en dix ans. L'Algérie a payé un prix trop fort"

Quand il était petit, il rêvait d'être Président de la République. Il a pris goût à l'influence que la fonction politique peut avoir même s'il affirme que les grands patrons ont beaucoup plus de poids que les politiques.

Il est ambitieux mais considère qu'il faut être honnête. Un homme politique qui annonce qu'il va changer plus de 5% des choses est un menteur.

Trop de gens en France annoncent des choses qu'ils ne feront pas. Ils débordent de mesures pour éviter qu'elles soient mesurées ensuite.

"Il manque un jury citoyen en France. On pourrait décider de passer au crible d'un jury citoyen les différentes politiques. En tirant ce jury au sort."

"Aveugle arabe et dysléxique" : il inverse les senteurs du test sensoriel auquel le confronte Tiffany. Et en rit lui même