Fermer le menu

  Podcast

L'invité de la rédaction

Agnès Cossolini : « On ne pourrait pas accueillir des enfants en situation de handicap sans Jacques Chirac ! »

27 sept. 2019 à 11:00

Pour rendre hommage à l'action de Jacques Chirac en matière de handicap, nous recevions ce matin Agnès Cossolini qui a été Chargé de mission auprès du Secrétaire général adjoint de La Présidence de La République et qui aujourd’hui est la Fondatrice et Déléguée générale de l’Association IKIGAÏ.

Nous étions ce midi avec Agnès Cossolini qui a été Chargé de mission auprès du Secrétaire général adjoint de La Présidence de La République. Agnès Cossolini est aujourd’hui Fondatrice et Déléguée générale de l’Association IKIGAÏ qui a pour ambition de promouvoir et d’accompagner la scolarisation des enfants ayants des troubles envahissants du développement dont l’autisme fait partie.

Pour Agnès Cossolini, Jacques Chirac avait un charisme hors norme, c’était un personnage qui vous embarquait avec lui avec souvent des formules qui marquent. Jacques Chirac était comme cela. Hors cadre. Il dira un jour à propos de son destin : « J’avais l’intention de faire une carrière de Lieutenant au long cours dans la marine marchande. » 

« J’avais l’intention de faire une carrière de Lieutenant au long cours dans la marine marchande. » 

Jacques Chirac, c’est d’abord un homme qui aimait profondément les autres. Qui aimait sincèrement la vie. Et qui se fichait souvent de déplaire dès l’instant où il menait ce cap qu’il se fixait au gré d’un vent tournant et tourbillonnant. Il a piloté le destin de notre pays. Mais c’est sans doute cette obsession de se chercher une ligne droite, quitte à en changer tous les quatre matins, qui fait que Jacques Chirac est devenu Chirac. Il nous a quitté hier à l’âge de 86 ans. Aujourd’hui, nous sommes quelque part tous les enfants de Jacques Chirac. Et à bien y regarder il nous a laissé un héritage qui en dit long sur ce besoin d’être attentif aux autres. Même s’il préférait rester pudique et ne jamais montrer la moindre défaillance, il était fragile, curieux, cultivé, fonceur et frondeur.

Depuis hier nous sommes orphelins. Chirac c’était un bon vivant aimant manger, boire de la bière et cultiver une différence comme sa passion pour les arts premiers qu’il nous a légué dans ce musée Quai Branly qui porte aujourd’hui son nom ou cette fascination pour le Sumo.

Et surtout un Chirac qui a fait beaucoup de choses pour la cause du handicap.

Valérie Giscard Destin a dit de lui le jour de sa nomination en tant que Premier Ministre : « Je le voulait compétent et il est pas mal ! ». Pas mal ? En fait Jacques Chirac n’en faisait qu’à sa tête. Jean-Louis Debré raconte à son sujet « qu’il tranchait de ses prédécesseurs en allant parfois à l’encontre de sa propre majorité. » Et sa Fille Claude Chirac de nous raconter qu’il a soutenu sa Ministre de la Santé Simone Veil pour la légalisation de l’avortement en allant jusqu’à aller physiquement à l’Assemblée en pleine nuit parce qu’il y avait tellement de déchaînements, de violences dans l’hémicycle contre elle. Et qu’elle avait besoin d’être physiquement soutenue. Et Jacques Chirac y est allé jusqu’à l’adoption définitive du texte ! » 

C’était Chirac. Un Chirac qui a relancé les essais nucléaires. Un Chirac qui s’est clairement positionné contre la guerre en Irak. Un Chirac qui nous a fait admettre notre passé honteux. Et surtout un Chirac qui a fait beaucoup de choses pour la cause du handicap.

L’engagement dans la politique du handicap de Jacques Chirac a été marqué par « La loi d'orientation en faveur des personnes handicapées », présenté par Simone Veil et adoptée le 30 juin 1975. Ce texte définit clairement trois droits fondamentaux pour les personnes handicapées, enfants et adultes :
- le droit au travail ;
- le droit à une garantie minimum de ressource par le biais de prestations ;
- le droit à l’intégration scolaire et sociale.

Puis lors de son second passage à Matignon, de 1986 à 1988, Jacques Chirac a apposé sa signature au bas d’un autre texte fondateur : la loi du 10 juillet 1987 en faveur de l’emploi des personnes handicapées. Toutes les entreprises de 20 salariés ou plus, qu'elles soient publiques ou privées, ont depuis obligation d'employer (à temps plein ou à temps partiel) des travailleurs handicapés et autres bénéficiaires de l'obligation d'emploi dans la proportion de 6% de l'effectif total de salariés.

Dès 2002, Jacques Chirac a pensé que le temps était venu de proposer un autre texte plus solide que de la « pierre » en référence aux grands travaux de son prédécesseur, qui allait devenir, en février 2005, « la loi pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. ».

C’est surtout ce texte du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui a fait bouger les lignes.

Que ces trois lois majeures aient été adoptées alors que Jacques Chirac occupait les plus hautes fonctions ne doit rien au hasard. L’homme politique a été personnellement confronté au handicap. Sa fille, Laurence, née en 1958 et décédée en avril 2016, souffrait, depuis ses 15 ans, d’anorexie mentale.

Jacques Chirac avait une tendresse toute particulière pour sa fille aînée. C'est sans doute en pensant à elle qu'il avait fait voter par sa majorité, lors de son second mandat de président, cette loi essentielle de 2005.

Si en 1957 la loi avait pour la première fois utilisé le terme de « travailleur handicapé », institué une priorité d’emploi (10 % en théorie) et défini le travail protégé, c’est bien la loi du 30 juin 1975, présentée par Simone Veil, ministre de la santé, qui est le texte de référence créant la politique publique sur le handicap. Mais c’est surtout ce texte du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées qui a fait bouger les lignes. 

 

Agnès Cossolini Fondatrice et Déléguée générale de l’Association IKIGAÏ

 

Les toutes premières lignes de la loi rappellent les droits fondamentaux des personnes handicapées et donnent une définition du handicap : « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. »

La loi apporte de nombreuses avancées sur les domaines suivants :
- accueil des personnes handicapées ;
- le droit à compensation ;
- les ressources ;
- la scolarité ;
- l'emploi ;
- l'accessibilité ;
- la citoyenneté et participation à la vie sociale.

En outre cette loi crée une Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) dans chaque département et installe la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) qui prend, au sein des MDPH, les décisions relatives à l'ensemble des droits de la personne.

Cette loi de 2005, adoptée de manière consensuelle à l’initiative de Jacques Chirac et qui posait des principes généraux et généreux notamment d’une scolarisation en milieu ordinaire s’est traduite par des progrès qualitatifs

La loi définit des obligations de mise aux normes d'accessibilité, notamment pour les établissements publics et a instauré deux nouveaux compléments à l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) : le complément de ressources et la majoration pour la vie autonome. Rappelons enfin que cette loi de 2005, adoptée de manière consensuelle à l’initiative de Jacques Chirac et qui posait des principes généraux et généreux notamment d’une scolarisation en milieu ordinaire s’est traduite par des progrès qualitatifs. Et comme rappelé par Agnès Cossolini : « On ne pourrait pas accueillir des enfants en situation de handicap sans Jacques Chirac ! ».

Partager : J'aime Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur LinkedIn Flux RSS de l'émission

Plus d'infos

AAH Accessibilité AESH AG2R LA MONDIALE Agefiph Aidant AIRe Allocation aux adultes handicapés Altérité Alzheimer ANAIS APF France Handicap Application Association ASEI Athlétisme Attentat Autisme AVC Aventure Aveugle Banque Populaire Bataclan Bénévolat Billet d'humeur Blandine Lacour Brûlures Cancer Canicule CCAH Cécité Championnat du monde Chanson Chatbot Chien-guide Cinéma Coupe du monde Croix-Rouge français Crowdfunding Culture Cuisine Défi Défi solidaire Diabète Différence Discrimination Diversité École inclusive Ecologie Éducation EHPAD Élection Élèves handicapés Emploi Enfant Entreprise Entreprise adaptée Environnement ESAT Estime de soi Étude Étudiant Exclusion Fauteuil roulant Famille FEHAP Femmes Fêtes Film FIPHFP FIRAH Fondation Fondation April Fondation Banque Populaire Fondation Falret Fondation Léopold Bellan Foot Formation Gay Games Goalball Grand Age Handicap Handicap mental Handicap moteur Handicap psychique Handicap visuel Handisport Harcèlement Histoire Homosexualité Hôpital Humour Hyperactivité IMC Inclusion Innovation Insertion Insolite Isolement I Wheel Share Journée Spéciale Aidants Actifs 2018 Justice Klesia Ladapt Lecture LGBT Livre Logement LSF Lyon Maladie Maladie rare Malvoyant Mbappé MDPH Mécénat Médialab Mode Musique Natation Nexem OCIRP Opération Paralysie cérébrale Parkinson Photographie Politique Prothèse Prévention Reportage Réchauffement climatique Recherche Rentrée Rugby-fauteuil Santé Santé mentale Scolarisation Scolarité SDF Seniors Sexualité Sida Société Solidarité Solitude Sommeil Suicide Sport Sport adapté Stress post-traumatique Surdité TDAH Technologies Télévision Théâtre Tolérance Tourisme Transports Traumatisme Trisomie 21 Tumeur UNICEF Vacances Vivre Ensemble Vivre et devenir Wilson Zoothérapie

Rester informé