REPORTAGE

Cohabitation intergénérationnelle, bon plan ou galère?

image d'illustration @ www.leparisolidaire.fr
image d'illustration @ www.leparisolidaire.fr

Chaque année au mois de septembre, des milliers d'étudiants cherchent des solutions pour se loger dans la capitale à moindre frais. Ils sont alors nombreux à tenter l’aventure de la cohabitation intergénérationnelle. Razie, étudiante Iranienne de 33 ans, a trouvé de quoi se loger chez Thérèse, une Parisienne de 87 ans. Reportage!

Il y a deux ans, Razie est arrivée en France afin de valider un master en art-plastique contemporain. Mais, comme de très nombreux étudiants, la jeune iranienne s’est rapidement confrontée à la difficulté de trouver un loyer abordable dans la capitale. Razie a finalement trouvé une solution en allant vivre chez Thérèse. Pour un loyer bien moins onéreux que les prix du marché, cette dernière partage ainsi son appartement avec la jeune femme, qui lui apporte une présence rassurante et une compagnie quotidienne. La présence de Razie réconforte également les proches de Thérèse, qui ne peuvent pas être tous les jours à ses côtés. Ils la savent désormais parfaitement en sécurité, ce qui n’a pas toujours été le cas, car Thérèse souffrait il y a quelques années d’une maladie qui pouvait lui provoquer des crises nocturnes. Aujourd’hui, elle se sent mieux, mais la présence de Razie lui procure malgré tout un bien-être nécessaire.

Découvrez notre reportage sur Razie et Thérèse, en exclusivité :

Un réconfort humain mutuel 

Du côté de Razie, également, cette cohabitation intergénérationnelle lui permet de créer du lien humain, dans cette capitale qu’elle ne connaissait pas il y a quelques années. Elle fait parti des nombreux jeunes qui souffrent de solitude au même titre que certains seniors. Razie nous a confié avoir trouvé en Thérèse un repère, qu’elle considère comme un membre de sa famille. Dès le début de leur cohabitation, les deux femmes sont devenues de vraies amies, et apprécient passer du temps ensemble à discuter, faire des gâteaux, ou regarder des films.

Un lien favorisé par une association

Cette nouvelle amitié a été, en partie, forgée par le biais de l’association Le Pari Solidaire, qui a permis à Thérèse et Razie de se rencontrer. Cette association a pour vocation de favoriser le lien intergénérationnel, en mettant notamment en place ce genre de cohabitation dont bénéficient les deux femmes. Le Pari Solidaire a été créé quelques mois après la canicule de 2003, qui avait causé la mort de nombreuses personnes âgées en France.

 

Depuis, de nombreuses cohabitations entre jeunes et seniors ont été organisées. Après avoir étudié les candidatures des étudiants déposées sur leur site, les coordinateurs du Pari Solidaire reçoivent ces jeunes en entretien, durant lequel ils leur proposent deux formules. La formule « solidaire » leur permet de ne pas payer de loyer en échange d’une présence obligatoire les soirs de la semaine et un week-end sur deux, tandis que la formule « conviviale », choisie par Razie et Thérèse, les contraint à payer un loyer, mais sans obligation de présence.

Un nouveau champ d'action

Mais l’association Le Pari Solidaire n’a pas fini de se développer. En effet, elle compte se diversifier davantage en proposant notamment des ateliers d’initiation au numérique pour les seniors. Elle compte également redynamiser ses offres culturelles en proposant aux personnes âgées davantage de sorties au théâtre, dans des expositions, ou au cinéma.

 

Sur le même thème

La colocation intergénérationnelle : la cohabitation au service de la solidarité

Un site internet pour découvrir les initiatives de solidarité intergénérationnelle

La fin de l'isolement au bout du fil