Catégorie : Science et Conscience

Science et Conscience du 07/05/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Face au handicap, les effets positifs des liens fraternels

Régine SCELLES, psychologue clinicienne, professeur à l’Université de Rouen, nous présente son livre « Liens fraternels et handicap – De l’enfance à l’âge adulte, souffrances et ressources », paru en août 2010 aux Editions ERES.

Tout au long de sa vie, chacun des enfants d’une famille, seul et en groupe, travaille psychiquement le traumatisme et l’énigme que constitue la présence d’un frère ou d’une sœur handicapée. Chacun suit un cheminement singulier qu’aucune norme ne peut définir à l’avance. Les nombreux cas évoqués par Régine SCELLES montrent qu’il importe de favoriser la construction de liens entre l’enfant atteint et ses frères et sœurs. Ceci a des effets structurants bénéfiques pour tous les membres du groupe fratrie, c’est à dire à la fois l’enfant handicapé et ses frères et sœurs, et, plus généralement, du groupe famille. Cette fonction positive du lien fraternel doit être prise en compte par les institutions et les professionnels. Les évolutions législatives récentes régissant le fonctionnement des dispositifs concernant les personnes handicapées les obligent à travailler davantage avec la famille, donc avec la fratrie, notamment quand les parents vieillissent. Si les structures de la petite enfance ont évolué en ce sens, ce n’est pas encore le cas pour beaucoup de structures spécialisées pour enfants, adolescents ou adultes.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 12/03/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Etre sourd et apprendre l’anglais au collège

Diane BEDOIN, sociologue, docteur en sciences de l’éducation, nous fait réfléchir sur le monde des sourds à partir d’une entrée originale: l’apprentissage d’une langue étrangère, à savoir l’anglais, au collège par les enfants sourds. C’est le sujet de sa thèse. Comme l’écrit Diane BEDOIN, « la question identitaire chez les sourds est indissociable du fait linguistique ». Comment alors est vécu l’apprentissage, obligatoire au collège, d’une troisième langue, par des enfants déjà locuteurs du français et de la langue des signes française (LSF)? L’enquête ethnographique menée par Diane BEDOIN pour répondre à cette question fait ressortir la complexité des rapports que les jeunes sourds entretiennent avec les langues étrangères. Il apparaît que l’apprentissage d’une langue étrangère ne garantit pas l’intégration des jeunes sourds et peut même avoir des effets inverses. Il apparaît aussi que cet apprentissage ne peut pas se faire sans référence au conflit linguistique existant entre français et LSF.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 26/02/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

La trisomie 21, entre espoir et tragédie

Le 21 mars a été désigné comme la journée mondiale de la trisomie 21. L’Association Française pour la Recherche sur la Trisomie 21 (AFRT) marque annuellement cette date par un colloque qui fait le point sur les avancées de la recherche sur la trisomie 21. Avant le colloque de 2011, qui se tiendra le 19 mars à Lyon, Jacqueline LONDON, professeur à l’Université Paris 7 Denis Diderot et présidente de l’AFRT, dresse l’état de nos connaissances sur la trisomie 21. Les progrès considérables de la biologie moléculaire et des neurosciences permettent d’une part de connaître actuellement presque tous les gènes du chromosome 21, d’autre part d’envisager des thérapies pour soigner la déficience intellectuelle. La recherche progresse sur les pathologies que peuvent présenter les personnes porteuses de trisomie 21, dont l’espérance de vie s’est considérablement améliorée. Des dynamiques visant à une meilleure autonomie se sont mises en place dans les domaines de l’éducation précoce, de l’intégration scolaire, de l’insertion professionnelle, de la participation à la vie sociale. Mais, dans le même temps, la généralisation du dépistage prénatal pour évaluer le risque de trisomie 21, avec comme corollaire très fréquent l’interruption médicale de grossesse, contribue à l’élimination des futurs porteurs de trisomie 21. Cette évolution, que certains qualifient de dérive eugénique, doit nous interpeller.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 19/02/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

L’autisme, exemple de construction d’un problème public

S’inscrivant dans le courant théorique anglo-saxon des études sur les problèmes sociaux, Florence VALLADE, doctorante en sciences de l’éducation à l’Université Paris-Descartes, chercheur au Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS), traite de la question de l’autisme sous un angle original: celui de la construction d’un « problème public ». Pour le sociologue Joseph GUSFIELD, un problème public est un problème social qui se construit sur la scène publique en étant objet de débat public. Analysant des milliers d’articles de la presse française parus de 1988 à 2008, Florence VALLADE décrypte la construction du problème public de l’autisme: émergence et montée en puissance des associations de parents d’enfants autistes, polémiques sur les origines (psychique ou organique) et les prises en charge (psychanalytique ou éducative), mise à l’agenda du problème et consécration étatique à travers rapports, lois et plans, fluctuation des discours sur la définition, augmentation exponentielle des chiffres affichés (en 20 ans on passe de 20000 à 600000 personnes autistes en France!).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 15/01/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Où en est l’emploi des travailleurs handicapés dans le secteur privé?

Nadia AMROUS, statisticienne à la DARES, service des statistiques et études du Ministère du Travail, nous présente le bilan de l’année 2008, paru en

octobre 2010, sur l’emploi des travailleurs handicapés dans les établissements de 20 salariés ou plus du secteur privé. Ces établissements sont assujettis à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH), qui devrait s’établir à 6% de leur effectif. Il s’agit de 129000 établissements employant 9,5 millions de salariés. 284000 travailleurs handicapés y travaillent, représentant 243000 équivalents temps plein, soit 2,6% de l’effectif d’assujettissement. Ce taux reste loin des 6% mais s’accroît (il était de 2,3% en 2006). Autres signes positifs: de plus en plus d’établissements assujettis répondent à l’OETH par l’embauche d’au moins 1 bénéficiaire (58% en 2008); à l’inverse, la proportion des établissements qui versent uniquement une contribution à l’AGEFIPH diminue constamment (25% en 2008). Le profil des travailleurs handicapés en emploi reste stable: ce sont majoritairement des hommes, plutôt âgés, peu qualifiés (57% d’ouvriers), fréquemment en CDI, avec un taux de temps partiel élevé.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 08/01/11

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Quel avenir pour les étudiants handicapés dans les pays de l’OCDE?

Que font, deux ans après leur sortie du système éducatif, dans les différents pays de l’OCDE, les lycéens handicapés inscrits en terminale en 2006-2007 et les étudiants handicapés inscrits en dernière année de licence la même année? Serge EBERSOLD, sociologue, nous présente les premiers résultats de l’étude de l’OCDE qu’il coordonne sur ce sujet. Ces comparaisons internationales permettent de prendre la mesure des phénomènes et de voir en quoi la France se distingue des autres pays. Au delà des résultats statistiques, ce sont les rôles des différents acteurs, les politiques, publiques et d’établissements, en matière de transition et les pratiques d’accompagnement qui sont interrogés. On découvre ainsi que, partout, mais plus en France qu’ailleurs, la famille joue un rôle moteur dans le devenir des jeunes adultes handicapés et que, en France, à la différence des autres pays, les lycées préparent à la poursuite des études mais très peu à l’emploi et les Universités préparent mal à l’insertion professionnelle et encore moins à la participation à la vie sociale.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 11/12/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Les représentations du handicap, obstacles à la participation sociale: le point de vue d’un sociologue.

La recherche sociologique sur le handicap oscille entre deux approches: l’une part des déficiences et cherche à rendre compte des expériences sociales du handicap; l’autre considère le rôle des dynamiques sociales et culturelles dans la construction sociale du handicap. Marcel CALVEZ, professeur de sociologie à l’Université Rennes II, adopte cette seconde démarche. Il s’appuie sur des travaux ethnographiques menés dans une petite ville de Bretagne où, depuis dix ans, des personnes handicapées mentales, jusqu’alors hébergées en établissement, vivent en ville dans des logements ordinaires. Quelles représentations du handicap émergent des relations de voisinage avec ces personnes handicapées? Marcel CALVEZ montre que, sous un climat général de bienveillance, ces représentations restent structurées autour d’un marquage de la différence et se rattachent à des logiques culturelles diverses, dont il distingue quatre types: individualiste, subordonné, hiérarchique, égalitaire. Ces différences dans les réponses ne permettent pas d’assurer un cadre de référence stable et explicite aux personnes handicapées. A l’heure où la participation à la vie ordinaire semble communément admise, cette réflexion souligne les obstacles que constituent les représentations.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 04/12/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

La participation des personnes handicapées: un incontournable qui exige une mutation de la formation des professionnels.

Au cours de la période de près de 30 ans commencée en 1981 par la proclamation de l’ONU ouvrant l’Année internationale des personnes handicapées, le thème de la participation est devenu central. Viviane GUERDAN, présidente d’honneur de l’Association internationale de recherche scientifique en faveur des personnes handicapées mentales (AIRHM) et professeur à la Haute école pédagogique de Lausanne (Suisse), analyse ce qu’elle appelle « le paradigme de la participation », qui constitue à la fois un modèle de société et un objectif prioritaire des politiques publiques.

Elle en explicite certaines conséquences. Ainsi, la collaboration entre les professionnels et les familles est devenue incontournable dans le champ de l’action sociale et médico-sociale et dans celui de l’action éducative. Ceci implique que la formation des professionnels concernés les prépare à ce partenariat. Pour Viviane GUERDAN, l’acquisition de la compétence partenariale passe par la participation à des formations conçues elles-mêmes sur le mode du partenariat. C’est ce que la Haute école pédagogique de Lausanne fait en incluant les parents dans le processus de formation des professionnels.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 27/11/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Socialement, nous ne sommes pas égaux devant le handicap.

Emmanuelle CAMBOIS, chercheur à l’Institut national d’études démographiques (INED), explicite les rapports entre le handicap, les inégalités sociales, la précarité sociale. Selon les professions que l’on exerce ou que l’on a exercées, les disparités s’accroissent tout au long du processus qui conduit des maladies et accidents invalidants aux problèmes fonctionnels puis aux limitations d’activités. Ainsi, dans la population masculine de plus de 55 ans, la moitié des ouvriers ont des problèmes fonctionnels contre 32% des cadres, 13% des ouvriers ont des restrictions sévères d’activités pour leurs soins personnels contre 4% des cadres (3 fois moins!). En termes d’espérance de vie, Emmanuelle CAMBOIS parle de la « double peine » des ouvriers: ils vivent moins longtemps que les cadres mais souffrent d’incapacités pendant plus d’années qu’eux! Pour les populations pauvres et précaires, les facteurs défavorables s’accumulent: davantage de troubles invalidants, des problèmes fonctionnels non pris en charge qui sont sources d’exclusion, des conditions de vie qui rendent ces problèmes plus difficiles à gérer… Face au handicap, les politiques à mener sont sociales tout autant que médicales.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 13/11/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Les conseils territoriaux des personnes handicapées: naissance d’une instance de délibération ?

Institués par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, les Conseils départementaux consultatifs des personnes handicapées (CDCPH) ont un rôle d’évaluation des besoins des personnes handicapées de leur département. Ils donnent leur avis sur les politiques mises en oeuvre les concernant. Le CEDIAS – CREAI Ile de France a réalisé une recherche – action auprès des CDCPH et du CRCPH d’Ile de France. Patricia FIACRE, chargée d’études au CEDIAS, explicite, à partir des résultats de cette étude, les problèmes que rencontrent les instances de consultation territoriale des personnes handicapées: difficultés pour définir la nature de ces instances et des délibérations qu’elles mènent, difficultés pour les positionner au sein du paysage institutionnel complexe qui s’est mis en place. Elle formule des recommandations pour améliorer leurs conditions de fonctionnement.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 23/10/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Quels changements du fonctionnement scolaire implique la scolarisation des enfants handicapés?

Brigitte BELMONT et Aliette VERILLON, chercheurs au Centre de recherche sur les liens sociaux de l’Université Paris Descartes, explorent au fil de leurs articles les conditions à réunir pour que l’école devienne véritablement « inclusive » pour les enfants handicapés. Elles s’appuient sur des travaux de terrain: analyse du fonctionnement d’une école maternelle engagée dans une démarche d’accueil d’enfants handicapés, enquête par questionnaires menée auprès des auxiliaires de vie scolaire (AVS) du département de Seine Saint Denis pour décrire leurs conditions de travail, interviews de certaines de ces AVS pour restituer leurs expériences. Brigitte BELMONT et Aliette VERILLON nous présentent les résultats de ces recherches et en tirent les enseignements en matière d’adaptation de l’école: évolution du fonctionnement pédagogique pour un accueil de la diversité, amélioration des pratiques, construction d’un travail en équipe, reconnaissance de la fonction d’auxiliaire, nécessité d’une formation adaptée faisant évoluer les cultures professionnelles…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 02/10/10

Science et Conscience (Jean-Louis Faure – Les axes sociologiques, psychologiques, politiques et stratégiques du handicap)

Comment aller en France vers une éducation véritablement « inclusive » pour les enfants handicapés?

Eric PLAISANCE, sociologue, professeur émérite à l’Université Paris Descartes, est un spécialiste reconnu des questions de scolarisation des enfants handicapés. Il nous montre que la France évolue dans sa conception de ce que doit être la politique d’éducation des enfants handicapés mais aussi qu’il reste bien des progrès à faire pour traduire ces orientations dans la pratique. En France, l’histoire de l’éducation destinée aux enfants handicapés est marquée par le choix pour l’ »éducation spéciale » exercée dans des lieux séparés. Ce n’est qu’au début des années 80 que la politique d’intégration en milieu ordinaire est définie, mais elle treste ambiguë. Le vrai basculement est opéré par la loi du 11 février 2005. Sans reprendre le terme d’inclusion, l’obligation faite au service public d’assurer « une formation scolaire, supérieure ou professionnelle aux enfants, aux adolescents ou aux adultes présentant un handicap ou un trouble de la santé invalidant » et la règle de l’inscription de tout enfant handicapé dans l’école ordinaire la plus proche de son domicile, relèvent de ce principe.

Mais, pour que cette politique réussisse, une véritable transformation culturelle de l’école est nécessaire: changement des représentations, organisation d’un cadre pédagogique gérant la diversité, aides individualisées, coopération avec les établissements médico-sociaux, formation des maîtres…Cette transformation implique une volonté et des moyens. Sinon, les enfants handicapés dviendront, selon la formule du sociologue Pierre BOURDIEU, des « exclus de l’intérieur ».

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 12/06/10

Science et conscience (par Jean- Louis Faure – Pour mieux connaître et comprendre le handicap, un parcours à travers la médecine, la sociologie, la statistique, la psychologie, la philosophie, dans un permanent souci de confrontation à l’éthique).

Pierre ANCET, maître de conférences en philosophie à l’Université de Bourgogne, nous présente un livre réalisé sous sa direction suite à un colloque et publié aux éditions Dunod en janvier 2010 :  » Le corps vécu chez la personne âgée et la personne handicapée « .

Cet ouvrage est consacré à l’expérience du corps vécu chez les personnes en situation de dépendance ainsi qu’aux représentations que l’on s’en fait (l’image du corps). Cette expérience est à la fois celle du corps vécu par la personne elle-même et celle du corps vécu par les autres. Le corps et son image ne sont pas réductibles à la connaissance anatomique et physiologique que nous en donne la médecine. La notion de corps vécu désigne autant le corps lui-même que le psychisme. Le corps vécu est une conscience incarnée propre à chaque individu. L’ouvrage comporte à la fois des textes de réflexion et des témoignages. Il rassemble des approches philosophiques, sociologiques, psychologiques et médicales. Cette étude du handicap et du vieillissement conduit à réfléchir à beaucoup de questions : qu’est-ce qui se passe dans le toucher (toucher et être touché) et le regard (regarder et être regardé) ?, peut-on percevoir ce que l’autre ressent ?, quelles sont nos limites de tolérance ?, comment les professionnels concilient-ils normes, valeurs et efficacité dans leur contact avec le corps des personnes vulnérables ? Quels enjeux éthiques peut-on faire émerger ?…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 29/05/10

Science et conscience (par Jean- Louis Faure – Pour mieux connaître et comprendre le handicap, un parcours à travers la médecine, la sociologie, la statistique, la psychologie, la philosophie, dans un permanent souci de confrontation à l’éthique).

Soraya KOMPANY, architecte-urbaniste, est une spécialiste des questions d’accessibilité. Elle a travaillé longtemps aux côtés du Délégué

Interministériel aux Personnes Handicapées et a publié deux livres sur le sujet de l’accessibilité. Prenant du recul, elle nous aide aujourd’hui à clarifier les débats autour de l’obligation d’accessibilité du cadre bâti et à prendre la mesure des implications multiples d’une décision législative de grande ampleur. La loi du 11 février 2005 fait de l’accessibilité l’un des grands piliers conceptuels de la politique du handicap. Pour le cadre bâti, la loi stipule que les dispositions architecturales et les aménagements intérieurs et extérieurs des locaux d’habitation, des établissements recevant du public et des lieux de travail doivent être accessibles à tous, notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap. La loi puis les différents textes réglementaires précisent les conditions et l’échéancier de l’entrée en vigueur des dispositifs relatifs à l’accessibilité, la date ultime où tout doit être accessible étant le 1er janvier 2015. Après nous avoir rappelé les principes et les textes, Soraya KOMPANY explicite les difficultés de mise en ouvre, qui risquent de conduire à un non respect de l’échéance 2015 et à l’adoption de dérogations, et propose des solutions, qui relèvent de plusieurs domaines : changement culturel, promotion d’une logique d’ensemble dans les interventions sur le bâtiment, accompagnement des maîtres d’ouvrage, incitations financières, innovation technologique, formation des professionnels de la construction…

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Science et Conscience du 15/05/10

Science et conscience (par Jean- Louis Faure – Pour mieux connaître et comprendre le handicap, un parcours à travers la médecine, la sociologie, la statistique, la psychologie, la philosophie, dans un permanent souci de confrontation à l’éthique).

Fabienne JEGU, juriste, est responsable santé – handicap à la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité). S’appuyant sur le rapport 2009 de cette instance, elle nous présente ses activités, en insistant sur celles concernant le handicap.

La HALDE, créée par la loi du 30 décembre 2004, a maintenant 5 ans et est bien inscrite dans le paysage institutionnel. Son activité première est le traitement des réclamations : plus de 30000 en 5 ans, dont plus de 10000 en 2009. L’état de santé et le handicap restent, tout au long de ces 5 années, au deuxième rang des critères de discrimination, après l’origine, et représentent environ 20% des réclamations. Pour des raisons d’irrecevabilité, de réorientation vers d’autres institutions, d’abandons, seulement 16% des réclamations font l’objet d’une instruction. Les actions de médiation permettant de résoudre bien des problèmes, les délibérations ne concernent que 4% des réclamations. Au-delà du traitement individuel des réclamations reçues, la HALDE cherche à modifier les comportements et les procédures à l’origine des discriminations. Dans ce but, elle prononce des recommandations générales et mène des actions de promotion de l’égalité, en nouant des partenariats et en développant l’information. Dans le domaine du handicap notamment, beaucoup de discriminations sont dues à une méconnaissance des textes. Ainsi, la HALDE se positionne à la fois comme médiateur et comme élément d’un appareil juridictionnel sanctionnant des manquements à la loi.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Télécharger

Thèmes WordPress - WordPress tuto