Le reportage du jour est consacré à Charles Deveaud, bénévole à Vivre FM tous les vendredis après-midi et résident du Centre Robert Doisneau depuis 5 ans. Étant infirme moteur cérébral, il cultive le goût de la culture et des arts pour ne plus faire passer le handicap au premier plan notamment dans sa relation aux autres. Sa culture générale et ses grandes connaissances font de lui une personne éminemment inspirante, et c'est à lui que notre journaliste, Antoine Masset, a dédié son reportage. 

Sports, culture, société, voyage, les sujets de discussions ne manquent pas avec Charles Deveaud ! Ayant profité depuis tout petit d'un accès à la culture grâce à ses parents, celui qui réside depuis cinq ans au centre Robert Doisneau, n'a jamais délaissé son amour des arts. « Ouvrir mon esprit, pas pour faire oublier mon handicap, car il se voit, mais pour créer une interaction pour que le handicap se dissout dans la conversation » telle est la philosophie de Charles qui est également un grand fan de football. 

Supporter depuis 1994, Charles fait preuve d'une fidélité sans faille à son club de toujours, le Paris Saint Germain. Club avec qui il a vu les beaux jours, notamment avec Weah, Ginola et Rai mais également les moments plus difficiles, notamment lorsque le club était au bord de la rélégation.

Sa passion pour le foot et son rapport au handicap

Toujours avide de culture, Charles Deveaud travaille bénévolement pour la radio Vivre FM. Une véritable chance pour celui qui veut faire partager son expérience et s'exprimer librement. Grâce à ce travail, il ambitionne d'avoir une ouverture supplémentaire sur les choses et les gens.

La question du handicap le touche également directement, notamment en matière d'accessibilité, puisque Charles Deveaud est désormais sur un fauteuil roulant. Si le résident du centre estime que la France a fait des progrès durant ces dernières années, il trouve elle pourrait s'améliorer davantage en s'inspirant du Canada ou encore des pays scandinaves. Cela passe aussi par un changement de regard sur le handicap, loin de s'apitoyer, il affirme que c'est en se montrant volontaire que l'on parviendra à améliorer la situation des personnes handicapées « ce n'est pas en se recroquevillant, en ne faisant rien que les lignes vont bouger »