Éducation

Rentrée 2018 : Le gouvernement dévoile sa stratégie pour rendre l'école plus inclusive

Conférence de presse au Ministère de l'Éducation Nationale - 18/07/2018 - Photo Twitter @ÉducationFrance
Conférence de presse au Ministère de l'Éducation Nationale - 18/07/2018 - Photo Twitter @ÉducationFrance

Ce mercredi 18 juillet 2018, nous nous sommes rendus au Ministère de l'Éducation Nationale pour assister à la conférence de presse sur la scolarisation des élèves en situation de handicap. L'occasion pour le gouvernement de dévoiler sa stratégie pour rendre l'école plus inclusive, dés la rentrée 2018.

Une dizaine de journalistes étaient présents ce mercredi 18 juillet au Ministère de l'Éducation Nationale. Le ministre et la secrétaire d'État se sont tout d'abord félicités des avancées réalisée en 2017-2018 vis-à-vis de l'inclusion à l'école. Le nombre d'enfants accompagnés a augmenté, passant à 150 000, et les ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) ont un rayonnement très positif au sein de leur établissement.

Cependant, le rapport des inspecteurs généraux a émis quelques constats alarmants. Les MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées) sont énormément sollicitées, à tel point que cela crée des retards administratifs. Il y a donc des listes d'attente pour l'entrée dans les établissements spécialisés, et ce malgré les 30 000 nouvelles places qui ont été ouvertes dans ces établissements. De plus, les accompagnements proposés aux élèves handicapés ne sont présents que dans la salle de classe, si bien que les enfants sont laissés à la charge des parents en ce qui concerne la cantine et le périscolaire, empêchant certains parents de travailler à temps plein.

Améliorer quantitativement et qualitativement l'accompagnement des élèves handicapés

Les annonces majeures de Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel pour la rentrée 2018 sont donc l'ouverture de 38 ULIS supplémentaires et la création de 10 900 nouveaux postes d'AESH (Accompagnants d'élèves en situation de handicap). Ces nouveaux accompagnants ont pour partie déjà été recrutés et formés. Pour la première fois, il y aura à la rentrée plus de postes d'AESH que d'AVS, donc plus d'heures d'accompagnement accordées aux élèves. En effet, l'objectif est également de rendre le métier d'AESH plus attractif, en augmentant leur temps de travail qui est souvent partiel, en le professionnalisant grâce à la formation et en augmentant leur rémunération.

Développer les interactions entre le médico-social et le scolaire

Pour améliorer qualitativement l'accompagnement des élèves handicapés, Jean-Michel Blanquer et Sophie Cluzel souhaitent que le secteur médico-social soit à l'écoute du secteur scolaire et que les raisonnements se fassent au sein des établissements scolaires, pour être au plus près des besoins de l'enfant ou de l'adolescent. Pour cela, des pôles inclusifs d'accompagnement localisées (PIAL) vont être expérimentés dans les académies. Une plateforme numérique est ouverte pour permettre aux enseignants de se former à l'appréhension de tous les types de handicaps.

Pour Jean-Michel Blanquer, le périscolaire aussi doit être inclusif. L'étape qui reste encore à franchir est donc d'offrir aux élèves handicapés une scolarité de meilleure qualité, en donnant accès à une scolarité à temps plein, continue au cours des années, et en proposant un large choix de formations possibles. Un projet sans doute en progrès, mais encore loin d'être concrétisé pour les plus de 300 000 élèves concernés.

 

Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation Nationale, au micro de Vivre FM, le 18 juillet 2018