Famille

Familles monoparentales : Comment faire face aux difficultés quotidiennes ?

Un espace pour permettre aux familles monoparentales de rencontrer des professionnels et d'autres parents seuls.
Un espace pour permettre aux familles monoparentales de rencontrer des professionnels et d'autres parents seuls.
En France, une famille sur cinq est monoparentale. Très souvent, c’est la maman qui est seule avec ses enfants. Mais de plus en plus de papas sont aussi concernés. C'est ce que nous avons pu constater en nous rendant à la « Journée K », le 6 juin, au Jardin d'Acclimatation de Paris.

La journée K, c’est une grande opération organisée par la journaliste Christine Kelly. En 2010, l’ancienne membre du CSA a fondé l'association "K d'urgence" dont le but est de venir en aide aux familles monoparentales.

La météo n’était pas très agréable ce jour là, et pourtant des milliers de personnes se sont rassemblées autour des différents stands. Pendant que les enfants jouent, les parents eux, glanent des informations auprès d’associations, de conseillers de Pôle-emploi, d’avocats, d’huissiers et d’agents de la Caisse des allocations familiales. Pour beaucoup de ces chefs de famille solo, le quotidien est rude.

« C'est très dur, le challenge le plus difficile et des fois on se demande soi-même comment on y arrive, c'est de penser à tout..en faite ça ne s'arête jamais, même quand on se couche le soir c'est difficile de trouver le sommeil parce que on continue de penser à ce qu'il fallait faire, on essaye de se caler des petits moments pour soi mais en vérité… enfin moi je n'y arrive pas encore.», nous confie une maman.

Nous avons pu rencontrer des parents aux situations totalement différentes. Dans de nombreux cas, obtenir la garde de l'enfant à été une bataille juridique. Mais il y a aussi des cas plus rares comme lorsqu'un des parents décède ou lorsque les enfants ne sont pas reconnus par le père. Néanmoins la plus grosse difficulté pour eux, c'est celle liée à la vie professionnelle : 

« Moi mon métier c'est la restauration donc du coup je peux plus faire ça...j'ai aucunes solutions pour les garder, si il y a un problème j'appelle mon employeur, et voilà.. C'est tout ce que je peux faire », explique un père venu au salon.

Quand ils ont la possibilité de travailler, la plupart sont à mi-temps, cela engendre alors des difficultés financières. Que ce soit pour faire garder les enfants, leur permettre de faire des activités extrascolaires ou pour partir en vacances, les fins de mois sont souvent difficile.

Les parents que nous avons rencontrés se battent au quotidien pour pouvoir offrir à leurs enfants les mêmes chances que les autres. Cette journée leur a permis de se sentir moins isolés. « Je suis très contente d'être venue, parce que j'ai eu des informations, j'ai rencontré du monde. Je me rends compte que je suis très loin d'être seule, on a beau le savoir théoriquement, quand je vois autant de monde, je me dis que ce n'est peut être pas ma faute si je suis dans cette situation », nous confie une maman.

 

 

 

« Il y'a des avocats qui m'ont donné des conseils ici, et c'est des choses que je ne connais pas du tout et comme ça j'apprends qu'est ce que je peux faire mieux pour mes enfants ? », confie un papa.

Certaines figurent politiques comme les ministres Christophe Castaner et Marlène Schiappa sont venus saluer le travail accompli par Christine Kelly et les membres de son association, K d’Urgences, qui a réussi à rassembler ce jour-là près de 6 000 personnes.

 

Retrouvez l'intégralité de l'info différente consacrée à K d'urgence :