Autisme

Un enfant autiste construit une réplique géante du Titanic

56 000 briques ont été utilisées pour construire cette réplique du Titanic
56 000 briques ont été utilisées pour construire cette réplique du Titanic

A l’âge de dix ans, Brynjar a construit la plus grande réplique en Lego du Titanic. La particularité de ce jeune Islandais, c’est qu’il est atteint d’autisme. Il a présenté sa création au musée Titanic du Tennessee aux Etats-Unis.

56 000, c’est le nombre de briques qui composent sa réplique du Titanic. L’assemblage de cette reproduction a demandé plus de 7000 heures de travail, soit environ onze mois. C’est un enfant Islandais de dix ans, Brynjar qui a réalisé cette performance incroyable. Il a commencé à jouer avec ses petites briques dès l'âge de cinq ans. Il a été pendant un long moment obsédé par les trains. Mais un jour, son grand-père a décidé de l’emmener sur un bateau pour pêcher. Tout de suite, cette expérience lui a plu. A l’âge de dix ans, le jeune enfant autiste connaissait tout sur le Titanic et il a décidé de se lancer dans ce projet. Brynjar avec l’aide de son grand-père décide de calculer le nombre de pièces pour concevoir cette réplique du paquebot. Sa famille et des amis participent au financement des briques.

Un défi bénéfique pour lui

Ce projet l’a aidé dans l’amélioration de la gestion de sa maladie. Il s’est ouvert sur le monde. Dans une interview à la chaîne CNN, il déclare « qu’aujourd’hui ses camarades de classes le considèrent comme un élève ordinaire. J’ai eu l’opportunité de voyager, d’explorer et de rencontrer des gens merveilleux. » Sa mère souhaite que les parents d’enfant atteints d’autisme les aident à identifier leur rêve et essayent de les réaliser. Pour le grand-père de Brynjar, « l’autisme, n’a pas à faire peur. Ce qui compte, c’est que ces personnes soient comprises et soutenues. »

Si vous voulez voir cette réplique du Titanic, le voyage sera un peu long. Il faudra se rendre dans le Tennesee aux Etats-Unis. Heureusement, cette reproduction est exposée jusqu’en décembre 2019.