Tout le monde debout

« Tout le monde debout », ... et Franck Dubosc en fauteuil roulant

Franck Dubosc et Alexandra Lamy en fauteuils roulants dans "Tout le monde debout"
Franck Dubosc et Alexandra Lamy en fauteuils roulants dans "Tout le monde debout"

"Tout le monde debout", c’est l’histoire de Jocelyn qui, pour séduire une femme, se fait passer pour handicapé. Le menteur se trouvera pris à son propre piège et les quiproquos qui s’enchainent permettent de rire avec les personnes handicapées. Franck Dubosc réussit son premier film sur un thème pourtant risqué.

Jocelyn dirige une entreprise dans le domaine du sport. Il est adepte des méthodes fortes pour le management, ne doute de rien et dans sa vie privée, il a adopté les mêmes principes : tout est bon pour parvenir à ses fins ... et séduire les filles. Affabulateur permanent, il ment à tout le monde et à peu prés sur tout. Il n’y a guère qu’à son médecin (Gérard Darmon) qu’il dit la vérité.

Quand il fait croire à sa voisine de palier qu’il est en fauteuil roulant, il n’imagine pas jusqu’où ce mensonge va le conduire. La sœur de la voisine (Alexandra Lamy) est elle-même en fauteuil roulant. Jocelyn n’en cessera pas pour autant de mentir malgré l’invraisemblance.

Franck Dubosc pour la première fois à la réalisation

Pour sa première mise en scène à l’écran, Franck Dubosc a choisi la thématique du handicap en partie à cause d’une expérience personnelle : "Un jour, à cause de l’âge et parce qu’elle ne pouvait plus beaucoup se déplacer, ma mère s’est retrouvée dans un fauteuil roulant. Le fauteuil, symbole du handicap, est devenu une solution parce que, enfin, elle allait pouvoir de nouveau bouger, sortir. Mais elle a objecté : « je ne pourrai pas aller au marché de Noël car il faut monter des marches ». Ça a fait tilt. Ce qui semblait une opportunité devenait donc un obstacle. Et j’ai pensé à tous ceux qui, handicapés, sont confrontés à cela. » Il aborde le sujet du handicap sans tabou et sans fausse pudeur.

"L'amour plus fort que la raison"

Mais « Tout le monde debout » est aussi une histoire d’amour, une vraie comédie qui interroge aussi sur la sincérité dans la séduction. Franck Dubosc raconte comment nous utilisons le mensonge pour nous rendre plus beaux aux yeux des autres. La présence d'une femme handicapée vient bouleverser les repères de ce Don Juan des temps modernes : « j’ai toujours eu envie de raconter une histoire d’amour qui soit fondée sur la différence non pas culturelle ou sociale mais physique. Il y a une question que je me suis souvent posée, qui m’interpelle : et si tu tombais amoureux de quelqu’un d’handicapé ? C’est une vision du futur un peu compliquée, certes. Est-ce que l’amour serait plus fort que la raison ? Je pense que oui et c’est pour cela que j’ai voulu faire ce film" explique le réalisateur qui est aussi scénariste et premier rôle.

Un nouvel "Intouchables"

Pari réussi, Franck Dubosc ouvre au passage une fenêtre sur les coulisses du handisport et une belle réflexion sur le handicap et le regard porté sur les personnes handicapées. Alexandra Lamy, souriante campe une femme sensible, proche et inébranlable face à un abysse de bêtise. Les rôles secondaires sont tous parfaits et les apparitions de personnes handicapées au club de sport sont hilarantes. « Tout le monde debout » pourrait bien être le « Intouchables » de 2018 !