Fermer le menu

  Podcast

Les spécialistes - Associations solidaires

L'Apesac, l'association phare pour informer des dangers de la Dépakine

22 janv. 2018 à 13:00

Marine Martin, présidente de l'APESAC et déléguée départemental des Pyrénées orientales de l'Alliance maladie rares et au téléphone, Maître Joseph-Oudin qui représente à la fois Marine et l'association APESAC

« Sous la pression de l'Apesac », l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a demandé aux praticiens de ne plus prescrire de valproate de sodium aux femmes en âge de procréer ou enceintes. Cet anti-épileptique, aussi utilisé pour réguler les humeurs, a fait plus de 5000 victimes, selon l'association créée en 2011 par Marine Martin. Prescrits pendant la grossesse, Dépakine, Dépakote, Dépamide ou Keppra font courir au foetus des risques très graves : atteintes neurologiques importantes, retards psychomoteurs sévères, autisme, malformations physiques.

A l'instar d'Irène Frachon avec le Médiator, Marine Martin est devenue lanceuse d'alerte de la Dépakine, médicament commercialisé en France depuis 1967. Cette mère de deux enfants atteints de malformations a dénoncé l'omerta pharmaceutique également dans « Dépakine, le scandale » (lauréate du prix Prescrire 2017). Et elle se réjouit de la dernière condamnation de la cour d'appel d'Orléans: S anofi a été condamné à verser 3 millions d'euros à une famille dont l'enfant a été victime de l'anti-convulsivant.   En 2016, déjà, un fonds d’indemnisation a été prévu par l'Etat. Estimé à près de 500 millions d’euros, la question de ce financement, à savoir si le laboratoire Sanofi y participe, reste un sujet sensible au sein de l'Apesac.

Contacts :

L'Apesac, association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrôme de l'anti-convulsivant 

43 rue des Oliviers 66450 Pollestres

01 76 54 01 34