Prise en charge

Huit sénateurs au chevet de la prise en charge du handicap

Philippe Mouiller préside ce groupe de travail sur le financement de la prise en charge du handicap
Philippe Mouiller préside ce groupe de travail sur le financement de la prise en charge du handicap
Un groupe de huit sénateurs va faire des propositions sur la prise en charge du handicap. Il est présidé par le sénateur Philippe Mouiller. Ces parlementaires ont tenu une réunion le 25 janvier.

Manque de place, cloisonnement des dispositifs, démarches trop complexes. L’accompagnement des personnes handicapées est un grand chantier auquel le gouvernement a décidé de s’attaquer. Un groupe de travail de huit sénateurs de toute tendance politique qui vient d’être nommé pour formuler des propositions. Philippe Mouiller préside ce groupe. Il parle d’un des problèmes identifiés : décloisonner les dispositifs d’accompagnement. « Nous avons choisis dans un premier temps de prendre un sujet donné, très spécifique concernant le financement du handicap, explique Philippe Mouiller, président du groupe de travail, à la fois en s’appuyant sur deux constats, notamment sur la complexité du système français. On voit aujourd’hui plusieurs systèmes de financement entre le département, l’assurance-maladie, des problèmes de cloisonnement, des problèmes liées dès fois à la barrière de l’âge où l’on change de système »


Associer les différents acteurs

Ce chantier est très important et les attentes sont nombreuses. On sait par exemple que des milliers de personnes handicapées ont dû être prises en charge en Belgique faute de place en France. Une situation qui préoccupe les pouvoirs publics et qui témoigne de la nécessité de transformer l’offre médico-sociale. Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, a rappelé l’importance d’associer les différents acteurs : les collectivités territoriales, les acteurs du médico-sociale et les professionnels.

Les huit sénateurs se sont engagés à formuler des propositions avant l’été.