Association

L'Apla'jh a atteint les 200 cotisants

L'apla'jh a réussi à mobiliser autour de son appel à la solidarité
L'apla'jh a réussi à mobiliser autour de son appel à la solidarité
L’apla’jh a gagné son pari d’atteindre les 200 cotisants bienfaiteurs avant la fin de l’année. Cette association de Noisy-le-Grand, qui accompagne une cinquantaine de personnes en situation de handicap à travers le sport, était menacée de disparition depuis l’annonce en juillet dernier de la diminution importante des contrats aidés.

L’Apla’jh, (les activités physiques ludiques aquatiques Joker du Handicap) association basée à Noisy-le-Grand, a réussi à atteindre l’objectif fixé de 200 cotisants bienfaiteurs. Lors de l’assemblée générale de samedi 16 décembre, la bonne nouvelle a été annoncée. Depuis deux mois, ses membres avaient lancé une campagne sur les réseaux sociaux afin de recruter de nouveaux cotisants et continuer à fonctionner. Menacée par la diminution drastique des contrats aidés annoncée en juillet dernier par le gouvernement, l’association avait décidé de s’organiser pour augmenter et diversifier ses sources de revenus et ainsi pallier la perte des subsides de l’Etat.  53 personnes souffrant de handicaps résidant sur toute la région parisienne profitent des séances de sport adapté.

La joie des membres et des bénéficiaires

Après plusieurs semaine d’appels à la solidarité, c’est le soulagement du côté de l’équipe. Nathalie Dagnet, la directrice et fondatrice de l’Apla’jh, nous confie sa joie. « Cet appel a été suivi au-delà de nos espérances et ce qui nous plaît encore plus sur le fait qu’on ait réussi à passer la barre des 200 cotisants bienfaiteurs, c’est que les gens continuent de cotiser même si la deadline est passée. Ca veut dire que ce projet et l’équipe qui le mène, les bénéficiaires qui y participent, ont touché beaucoup de monde et que plein de personnes doivent se reconnaître dans cette démarche dynamique. Nos bénéficiaires ont touché beaucoup de monde », explique Nathalie Dagnet, tout sourire tout en se disant fière que l’association ait été soutenue, entre autres, par Vivre FM. 

Evoluer ou mourir

Avec ses 200 cotisants, L’apla’jh peut maintenant prétendre obtenir le statut d’utilité publique. Ils ont présenté leur dossier et attendant la réponse d’ici quatre à six mois. Ce sésame leur permettrait de jouir d’une plus grande autonomie financière. Depuis l’annonce, il y a quelques mois de l’intention du gouvernement de diminuer le nombre des contrats aidés, l’association accusait le coup. « J’ai râlé toute seule dans mon coin de juillet à septembre puis à la rentrée on en a parlé et au bout de deux mois, une de nos bénévoles qui est juriste de formation nous a fait cette proposition de passer d’utilité publique. C’est d’ailleurs elle qui s’est chargée de toute la partie juridique car je n’aurais pas pu le faire seule», se rappelle Nathalie Dagnet. « Sans ces perspectives, l’association ne pourrait pas durer plus de quelques mois », explique Nathalie qui rend hommage à toute son équipe. Beaucoup d’associations ont déjà contacté l’Apla’jh pour se renseigner sur leur démarche, sur leur statut d’intérêt général qui permet de délivrer les reçus fiscaux ainsi que sur les conditions de recrutement des professeurs en activités adaptées. La démarche de cette association fera peut-être des émules puisque nombre d’associations risquent de subir le contrecoup de la réforme des contrats aidés.