Céline Boussié

Céline Boussié porte plainte contre Le Moussaron, retour sur une affaire de maltraitance

Céline Boussié à la sortie de la salle d'audience
Céline Boussié à la sortie de la salle d'audience
Un établissement mis en cause pour de mauvais traitement sur de jeunes résidents handicapés, une plainte en diffamation contre la principale témoin de ces dysfonctionnements... l’affaire Céline Boussié-Le Moussaron met en lumière la situation fragile de ceux qui dénoncent des dysfonctionnements institutionnels.

Le verdict est tombé le 21 novembre, la lanceuse d’alerte Céline Boussié a été relaxée dans un procès en diffamation intenté par son ancien employeur. Céline Boussié avait dénoncé des mauvais traitements subis par les résidents du Moussaron, un institut médico-éducatif qui accueille des jeunes polyhandicapés. L’établissement situé dans le Gers a porté plainte. Les faits sont graves, il est question d’enfants enfermés, attachés ou dormant dans des lits trop petits, dont plusieurs sont morts. Deux rapports de l’Agence régionale de santé de l’ex-région Aquitaine ont même confirmé ces dysfonctionnements. Avant cette affaire, trois autres éducateurs de l’établissement avaient été condamnés pour avoir dénoncé des faits similaires.

Une plainte pour harcèlement

Pour Céline Boussié l’affaire a des conséquences terribles. Après son licenciement et le dépôt d’une plainte contre elle, cette femme est obligée de déménager, elle se dit victime de harcèlement. Un comité de soutien permet à la lanceuse d’alerte de faire face, elle créé l’association Handignez-vous. Cet engagement a mené Céline Boussié vers la politique, en juin elle s’est présentée aux législatives dans la circonscription Agen-Nérac dans le Lot-et-Garonne. L’ancienne candidate et militante de La France insoumise estime que le verdict du 21 novembre est une première étape pour aboutir à un vrai statut qui protège tous ceux qui dénonce des dysfonctionnements. Soutenue par un avocat toulousain, la présidente de Handignez-vous vient de déposer plainte contre Le Moussaron pour harcèlement. Céline Boussié assure qu’elle « croule sous les témoignages » de salariés sanctionnés pour avoir eux aussi témoigné de mauvais traitements.