Diabète

Diabète et emploi, le gouvernement est favorable à une évolution de la réglementation

Marisol Touraine le 24 janvier à l'Assemblée nationale, image La Chaîne parlementaire
Marisol Touraine le 24 janvier à l'Assemblée nationale, image La Chaîne parlementaire

La police, la marine ou encore le transport aérien sont des secteurs fermés aux personnes diabétiques. Début janvier la Fédération française des diabétiques dénonce une législation discriminante. La ministre de la Santé Marisol Touraine a répondu que le gouvernement est prêt à faire évoluer les conditions d’aptitude pour ces métiers.

Le diabète concerne 4 millions de personnes en France, cette population est complètement exclue de professions telles que policier, hôtesse de l’air ou steward ou encore ingénieur des mines. En cause des règlements professionnels très anciens qui estiment qu’un employé diabétique serait sujet à des malaises et à une baisse de la vision. En regard de l’évolution des traitements la Fédération française des diabétiques trouve qu’il est temps de changer les critères d’aptitude pour ces professions. Une pétition a donc été mise en ligne le 9 janvier, celle-ci a recueilli 35 000 signatures.

Une « première victoire » pour les auteurs de la pétition

Cet appel n’a pas manqué d’interpeller les élus. Mardi dernier, la député écologiste Véronique Massonneau a évoqué le sujet à l’Assemblée lors des questions au gouvernement. La ministre de la Santé semble avoir entendu le message : « Les textes d'aptitudes ne correspondent pas à la réalité médicale et la réalité des soins. Le gouvernement est favorable à ce que ces textes évoluent et que soient revues complètement les conditions d'aptitudes pour un certain nombre de métiers au regard des personnes diabétiques et, le cas échéant, de personnes malades d'autres pathologies. »

La Fédération française des diabétiques considère que ces propos sont une « première victoire ». L’association appelle à poursuivre la mobilisation autour de sa pétition pour que le gouvernement joigne traduise ces propos en acte.