Film

"Manuel de libération" au cœur de l'enfermement psychiatrique russe

Yulia et Katia vivent dans un établissement psychiatrique. Dans ce lieu elles sont privées de leurs droits et vont tenter de recouvrer leur liberté et leur autonomie. Le film raconte cette sortie de l’enfermement. Ce documentaire fait froid dans le dos et pas seulement parce qu’il a pour cadre la Sibérie.

En Russie les autorités entretiennent un régime d’enferment vis-à-vis des personnes atteintes d’un handicap psychique ou mentale et ceci depuis l’ère soviétique. Par exemple, l’incapacité légale désigne le fait qu’une personne est légalement déclarée incapable d’exercer ses droits. Le film Manuel de libération d’Alexander Kuznetsov nous entraîne dans cet univers kafkaïen. Julia et Katia sont transférées de l’orphelinat à l’internat neuropsychiatrique. Toutes deux sont censées passer leur vie dans ce nouvel établissement, sans possibilité de travailler, d’avoir une vie social et encore moins de fonder un jour une famille.

 

 

Les deux jeunes femmes vont entamer un bras de fer avec les autorités pour obtenir leur libération. Le directeur de l’internat Sergel Efremev est au côté des deux résidentes. Le spectateur est accroché au verdict de cette double procédure jusridique. Manuel de libération est le troisième documentaire d’Alexander Kuznetsov. Le réalisateur a découvert l’enfermement psychiatrique lorsqu’il était photojournaliste, il a été frappé par ces instituts situés à l’écart des vil