Rio 2016

Vogue Brésil promeut l'esprit paralympique... en utilisant des photos de mannequins valides retouchées

L'actrice Cleo Pires dont le bras a été amputé grâce à un montage photo
L'actrice Cleo Pires dont le bras a été amputé grâce à un montage photo

Plutôt que de faire poser des athlètes handicapés, le magazine brésilien a choisi de montrer des mannequins valides dont les photos ont été retouchées. Cette campagne suscite une polémique, à une semaine de la cérémonie d’ouverture des Paralympiques.

« Nous sommes tous Paralympiens », c’est le slogan d’une campagne pour les Jeux paralympiques publiée dans Vogue Brésil. Sur cette publicité, on voit deux athlètes handisport, sauf que les modèles sont des mannequins valides, devenus handicapés grâce à un montage photo. Les acteurs brésiliens Cleo Pires et Paulo Vilhena ont en effet posé. Les images ont été retouchées pour que Cloe Pires ait le bras droit amputé, comme sa compatriote la joueuse de tennis Bruna Alexandre. Idem pour l’acteur valide, dont la jambe a été remplacée par une prothèse, tout comme le volleyeur Renato Leite.

« Mauvais goût »

Ce qui devait être une campagne de promotion des Jeux paralympiques a donné lieu à une polémique. Dans les commentaires du site de Vogue Brésil, les avis sont mitigés. Juliana parle de « campagne de mauvais goût ». En revanche Ana pense que malgré la maladresse l’objectif était de parvenir à attirer l’attention : « Après réflexion, je me suis aperçu que c’est une bonne campagne », estime cette lectrice.

La chroniqueuse Natalia Belizario, du magazine féministe Lado M dit ne pas comprendre pourquoi Vogue a préféré substituer des personnes valides à d’autres qui ont un handicap. « Non, nous ne sommes pas tous Paralympiens : Nous ne comprenons toujours pas la réalité des personnes handicapées. »

L’actrice Cleo Pires, à la fois modèle et l’initiatrice de la campagne a répondu aux critiques sur son compte Instagram. Dans une vidéo, l’actrice dénonce des « critiques nauséabonde », elle estime qu’elle a voulu représenter tous les athlètes.