Attentats de Paris

Handicapé rescapé des attentats du 13 Novembre : la grève de la faim a parlé

Djamel C. dont la demande de carte invalidité pose questions
Djamel C. dont la demande de carte invalidité pose questions
Mener une grève de la faim pour faire reconnaître son handicap, c’est le combat Djamel C, 36 ans. Il fait partie des 413 blessés de l’attentat du 13 novembre. De l’Hôtel des Invalides, paralysé, ses demandes pour obtenir une carte d’invalidité lui ont été refusées a plusieurs reprises.

Originaire du Blanc-Mesnil, Djamel C. a reçu quatre balles alors qu’il passait la soirée du 13 Novembre dans un bistrot du 11ème. Les projets de cet entrepreneur dans le prêt à porter ont dès lors bien changé.

Toujours hospitalisé à l’Hôtel des Invalides, il se déplace, à présent, en fauteuil roulant. Avec le bras gauche paralysé et amputé de la jambe droite, il comptait sur la carte d’invalidité pour s’en sortir. Mais la MDPH de Seine Saint Denis la lui a refusé au moins deux fois.

Le 1er juillet, Djamel a essuyé le refus de l'accès la carte d'invalidité par courrier de la MDPH. Alors qu’une semaine avant, la secrétaire d’Etat, Juliette Méadel, avait assuré au média Le Parisien-Aujourd'hui en France avoir réglé la question de son inscription aux droits MDPH. Lundi 4 juillet, Djamel entame une grève de la faim, un dernier moyen de défendre sa cause. 

Selon nos informations, Djamel C. aurait reçu un avis favorable à sa demande de carte d'invalidité ce même lundi où tant d'informations ont été diffusées à ce sujet.

Image : Philippe de Poulpiquet