Santé mentale

Santé mentale : deux français sur trois s'estiment mal informés

71% des français se disent mal informés sur les questions de santé mentale
71% des français se disent mal informés sur les questions de santé mentale
Le premier « Baromètre Fondation Falret / Ipsos / Vivre FM » fait le constat de l'ignorance : les français ne connaissent pas les maladies mentales et ne savent pas comment les repérer. Seulement 29% des personnes interrogées considèrent qu’elles sont bien informées, mais à peine 17% d’entre elles disent pouvoir en identifier les premiers signes.

Les sondés du premier baromètre Fondation Falret, Ipsos, Vivre FM reconnaissent leur ignorance de la maladie mentale : 57% se disent mal informés et 14% très mal informés. Quand on leur demande s'ils seraient capable de "repérer les premiers signes d'un problème de santé mentale chez quelqu'un de leur entourage", ils répondent massivement négativement. 83% d'entre eux considèrent que c'est difficile (72%) ou très difficile (11%)



Plus des deux tiers des français se disent mal informés sur la santé mentale.


La preuve de leur méconnaissance apparaît d’ailleurs dans l’étude puisque les personnes interrogées répondent de façon confuse sur le périmètre des questions de santé mentale.  Ainsi ils confondent les maladies neurologiques (comme Alzheimer ou l’autisme) qu’ils citent spontanément quand on leur parle de santé mentale et près de la moitié des personnes ne savent pas citer le nom d’une maladie mentale.


« Les personnes en souffrance mentale constituent un danger pour elles-mêmes. » (87%)

La maladie mentale est souvent associée à la dangerosité, en particulier dans les médias.  Le baromètre Fondation Falret Ipsos Vivre FM met en évidence cette relation entre maladie mentale et danger dans les représentations du grand public mais, et c’est une des surprises de l’étude, les français considèrent que les malades mettent davantage leur propre vie en danger que celle des autres. Ils sont 61% à considérer que les malades mentaux présentent un danger pour les autres et 87% qu’ils constituent un danger pour eux-mêmes.


La dangerosité des personnes souffrant de troubles mentaux continue d'être

un des éléments importants dans la perception du grand public.


 

Les français ont une vision pessimiste de la maladie mentale : 84% d'entre eux estiment que la maladie mentale exclue.

 


« La maladie mentale exclue socialement » (84%)

Les représentations de la maladie mentale sont associées à la désocialisation à l’exclusion.  80% des personnes interrogées considèrent que la maladie mentale isole du reste du monde. Les trois quarts des sondés estiment que les personnes souffrant de problèmes de santé mentale risquent de perdre leur autonomie, de se retrouver en situation de précarité. La vision de l’avenir est plutôt sombre dans l’esprit de certains français : un tiers d’entre eux (34%) pensent que les malades ne pourront pas guérir.

 

Le baromètre Fondation Falret Ispsos Vivre FM a été réalisé du 24 février au 1 mars 2016 sur un échantillon représentatif de 1001 personnes. Les personnes ont été interrogées par internet selon la méthode des quotas : sexe, âge, profession du chef de ménage et catégorie d’agglomération.