Bolivie insolite

Bolivie : désespérées, des personnes en fauteuil roulant se suspendent à un viaduc !

Des handicapés Boliviens suspendus à un pont par leur fauteuil roulant
Des handicapés Boliviens suspendus à un pont par leur fauteuil roulant
Un groupe de manifestants en situation de handicap, se sont accrochés à une dizaine de mètres de hauteur au tablier d’un pont au dessus de l’autoroute. Les militants du handicap voulaient attirer l’attention du gouvernement sur leur situation.

Fin février, ils sont une dizaine à être présents sous le pont de Cochabamba, une ville se situant dans la Cordillère des Andes. La mobilisation dure des heures :  certains sont suspendus à un pont par leur fauteuil roulant, tandis que d’autres sont allongés à même le sol, bravant l’interdit et bloquant l’accès à l’autoroute, aux nombreux automobilistes.  

La manifestation est insolite, l’image intrigante, voire, incongrue et la revendication pertinente : les protestataires escomptent une aide financière émanant de l’état à hauteur de 500 bolivianos, l’équivalant de 70€/mois. Une somme importante pour l’un des pays les plus pauvres d’Amérique Latine.

Evo Morales, un président qui agit mais qui est contesté  

À  travers cette mobilisation, les militants veulent attirer l’attention du gouvernement sur leur situation plus que précaire. Aujourd’hui, sur une population de 10 millions d’habitants , plus de 88,000 personnes sont en situation de handicap.

Pour le moment, Evo Morales, élu depuis onze ans à la tête du pays, ne s’est pas encore exprimé.

 Evo Morales , qui en terme de handicap a fait bien plus que ses prédécesseurs réunis, en permettant une « Loi de traitement préférentiel », touchant notamment à l'emploi ou l'accès au crédit, pour les personnes handicapées.

 Les militants, eux, menacent le gouvernement d’une propagation du mouvement dans tout le pays, si ces derniers ne réagissent pas.

 

Le combat continue

En Bolivie, les personnes handicapées restent marginalisées. Le combat continue, et d’autres actions de ce type  sont à prévoir tout au long du mois de mars. Dans la vallée de l’éternel printemps, le calme n’est pas prêt de revenir.