Trisomie, citoyen

Les déficients intellectuels s'interrogent sur la citoyenneté

Trisomie 21 et la Fondation de France s'engagent pour éveiller la citoyenneté des déficients intellectuels. CP : dondusangardennes2011
Trisomie 21 et la Fondation de France s'engagent pour éveiller la citoyenneté des déficients intellectuels. CP : dondusangardennes2011

La Fondation de France et l'association trisomie 21 souhaitent éveiller les valeurs citoyennes des personnes déficientes intellectuellement. Ils proposent un web documentaire à ce sujet, ainsi que des séminaires.

Trisomie 21 et la Fondation de France s'associent pour susciter des questions autour de la citoyenneté. Pour ce faire, ils proposent un site internet et des séminaires (48h) qui posent des questions : Comment trouver sa place, comment parle-t-on pour les autres, quelles sont les envies de chacun? L'autoreprésentation signifie que les personnes déficientes intellectuellement peuvent parler de leurs droits en leur propre nom, sans dépendre de quelqu'un qui va parler a leur place. "Le but est que ces personnes puissent s'exprimer et prendre la parole" confie Cécile Dupas. 

S'engager et devenir citoyen

Dans une envie de s'organiser, d'être en contact, les trisomiques souhaitent parler de ce qu'ils font.  "Pour moi c'est important d'aller de l'avant" témoigne un jeune sur le site. Comment partager ce que je vis? On peut tout partager? Comment ça se passe chez vous? Qu'est ce qu'il est difficile de partager? demande le documentaire. L'objectif de ce web documentaire est de trouver sa place dans une association et dans la société. Que signifie vivre ensemble? Quelles sont les joies et difficultés? De quel avenir avez-vous envie? A quoi ressemble une association? Qui décide? Est-ce-que j'ai mon mot à dire? Pour vous c'est quoi une association? Pour faire quoi? Quelles sont vos envies et vos projets, avez vous envie de créer votre association? Il faut donner envie de s'engager et de prendre conscience de ses droits, selon les organisateurs. "Ils ont envie d'être reconnus" conclut Jean-Paul Champeaux le président de Trisomie 21.