Rentrée Scolaire

Pas d'AVS : Victor, 13 ans et autiste, à raté sa rentrée

Une AVS avec un enfant en situation de handicap.
Une AVS avec un enfant en situation de handicap.

Victor Ramier à 13 ans. Atteint d’autisme, il a fait sa rentrée en classe de 5ème cette année au collège Raymond-Queneau, à Tessy-Sur-Vire dans le Calvados. Sa mère, Anne Van Havermaet à accepté de témoigner pour Vivre FM. Elle raconte sa difficulté à obtenir une Assistante de Vie Scolaire lors de cette rentrée.

« Le handicap de Victor a été reconnu un peu tard, mais il a quand même pu bénéficier d’une AVS pour sa rentrée en 6ème», explique-t-elle. C’est à cette rentrée que les choses se sont corsées : le principal du collège n’a, selon elle, pas rempli le dossier  de la Maison Départementale des Personnes Handicapées à temps. Le dossier permet, lorsqu’il est envoyé avant le mois de février, d’obtenir une AVS à la rentrée suivante. « Le dossier n’ayant été envoyé qu’en mars 2012, on n’a pas eu l’accord pour cette rentrée », raconte la mère de Victor .

« Pour un enfant autiste, les angoisses sont démesurées, c’est très compliqué »

Suite aux témoignages d’Anne Vanhavermaet, le principal du collège à fait en sorte que Victor puisse reprendre les cours avec une AVS, lundi 9 septembre, soit une semaine après les autres élèves. Une reprise en retard durant laquelle « les angoisses étaient démesurées » pour Victor.

« On lui dit qu’il a un contrôle de maths le jour même alors que les autres élèves le savent depuis une semaine. Victor ne pouvait pas être au courant, il n’était pas là. », raconte la mère. Victor se retrouve donc avec deux handicaps : son autisme, et son retard d’une semaine dû aux anomalies de fonctionnement du collège.

Une rentrée ratée

Pour Victor, cette rentrée sera une rentrée ratée. « On va mettre le double du temps qu’il aurait fallu pour l’adaptation scolaire » explique Anne Vanhavermaet.  Elle propose pourtant une solution pour faciliter les choses : « Si on mettait une AVS pendant trois ans avec la possibilité de réduire les heures si l’enfant s’améliore, ça pourrait être assez pratique », précise-t-elle.

 

Elle pense que les AVS ne devraient pas être renouvelées tous les ans. En attendant, Victor est enfin dans son collège, accompagné de son AVS pour l’année.