Vache Décès Retraité

Chargé par une vache, un retraité décède à l'hôpital

La Sécurité civile et le Secours en montagne appellent à la prudence avec les vaches en liberté
La Sécurité civile et le Secours en montagne appellent à la prudence avec les vaches en liberté
Une vache a chargé un groupe de randonneurs mardi dernier sur le chemin du col d’Azet (Hautes-Pyrénées). Grièvement blessé lors de cette attaque, un prêtre retraité de 85 ans est décédé à son arrivée à l’hôpital de Pau.

 

Le groupe de randonneurs cheminait sur le sentier menant au col d’Azet quand une vache les a brutalement chargés. La vache, qui faisait partie d’un troupeau paissant librement dans la montagne, aurait pu vouloir protéger son veau, peut-être trop proche du groupe de randonneurs.

 

Un ancien prêtre guérandais de 85 ans, qui vivait au sein de la communauté des Frères de Ploermel, a été projeté à terre lors de la charge de l’animal, devenu incontrôlable et agressif.

 

Un traumatisme crânien et une fracture du bassin

 

D’après les témoignages des autres randonneurs, la victime a frappé le sol la tête la première. Elle aurait eu aussi le bassin brisé lors de sa chute, ce qui a provoqué une hémorragie interne en plus du traumatisme crânien d’après les médecins de l’hôpital de Pau.

 

La compagnie républicaine de sécurité (CRS) de Saint-Lary indique que l’homme était inconscient au moment de l’arrivée des secours et jusqu’à son décès au CHU de Pau, où il avait été transporté en urgence par hélicoptère.

 

Plusieurs autres randonneurs ont été légèrement blessés lors de cette charge tragique, dont un couple de touristes espagnols accompagné de ses jeunes enfants âgés de trois et cinq ans.

 

La Sécurité civile rappelle les mesures de prudence

 

Les responsables de la Sécurité civile et ceux du Secours en montagne rappellent aux promeneurs de se méfier des rassemblements bovins non surveillés, surtout si des veaux sont présents. «Dans ces cas-là, ces animaux peuvent avoir des réactions extrêmement virulentes si ils sentent leur petit menacé. Il vaut donc mieux rester à bonne distance.»


Même si les animaux paraissent inoffensifs, mieux vaut ne pas s’en approcher ou s’en éloigner rapidement. Il faut également se tenir à distance des chiens de montagne qui gardent des troupeaux. Ceux-ci peuvent attaquer des intrus qui s’approcheraient trop des bêtes dont ils assurent la surveillance.  Ses chiens étant prêts à se battre, y compris contre des ours ou des loups.

 

La vache incriminée ne devrait pas être inquiétée

 

L'enquête sur cette agression a été confiée à la gendarmerie d'Arreau (Hautes-Pyrénées). Celle-ci devra notamment établir si le touriste s'est dirigé vers la vache ou si cette dernière l'a pris pour cible sans provocation préalable, afin d'établir une éventuelle responsabilité de son propriétaire.

 

Quant à la vache responsable, elle ne risque a priori pas d'être abattue. Comme le précisait un membre de la CRS de Gavarnie, «comme il n'y a jamais eu de précédent à ma connaissance, c'est difficile d'être affirmatif. En plus, ça va être très compliqué de savoir laquelle a chargé. Elles se ressemblent vraiment toutes beaucoup dans le troupeau ».

 

Plusieurs précédents de vaches agressives

 

En 2010, les Pyrénées avaient déjà été le théâtre d’attaques de vaches.

 

Au mois de juillet, deux attaques ont eu lieu à quelques jours d'intervalle.

 

Une femme de 37 ans a été d’abord gravement blessée dans le massif de Bolquère (Pyrénées-Orientales), après avoir été piétinée par plusieurs vaches qui avaient autour d’elle leurs veaux. Les témoins avaient parlé « d’acharnement inquiétant » des bovins sur leur victime.

 

Quelques jours plus tard, dans le même massif, un quinquagénaire fut encorné au visage et piétiné par un bovin au cours d’une randonnée. « Il s’agissait d'une vache âgée en fin de vie et devenue très agressive », avaient alors précisé les secours.