UMP Philippe Bas

Philippe Bas (UMP) : "Je vote Fillon pour son humanisme"

Philippe Bas en séance pour le débat sur l'application de la loi "Handicap" le 2 octobre dernier.
Philippe Bas en séance pour le débat sur l'application de la loi "Handicap" le 2 octobre dernier.

Philippe Bas a livré son intention de vote pour la primaire de l'UMP dimanche. Il a choisi François Fillon.

François Fillon, ou Jean-François Copé ? Qui présidera l'UMP ? Sur Vivre FM, Philippe Bas, proche de Jacques Chirac et ancien ministre en charge du handicap a livré son intention de vote : il choisira François Fillon. 

Philippe Bas défend les droits des personnes handicapées. Un engagement qui a compté dans son choix: "Je fais partie de ceux qui pensent que la différence est une richessee, que la souffrance amène la fraternité. Le président de l'Observatoire Interministériel de l'accessibilité et de la conception universelle adresse une pique, sans le nommer explicitement, à Jean-François Copé, "Cette approche philosophique, politique, consiste à donner du prix à la reconnaissance de la différence, plus encore qu'à tout ce qui fait clivage." Le  sénateur de l'UMP optera donc pour l'ancien Premier ministre, qu'il juge proche des questions du handicap : "François Fillon a une approche plus humaniste. Ce qui l'amène à une compréhension plus naturelle de ces questions là."

Un virage trop à droite

Cette semaine, les deux candidats se sont rendus coup pour coup. Lundi soir, devant 4.000 personnes au Palais des congrès, François Fillon a attaqué indirectement son rival. L’UMP ne peut pas "regagner la France en prenant tous les virages à droite" a-t-il lancé, avant de comparer son adversaire à un "gladiateur" et d'ajouter : "On ne peut pas prétendre faire la France au nom d’une fraction.". Jean-François Copé a contre-attaqué mardi soir, lors de son rassemblement au Cannet, dans les Alpes-Maritimes. Il a dénoncé la "tiédeur dangereuse" d'une "opposition mièvre et timide", d'une "opposition en pantoufles", celle des "apôtres de la prudence".

Le combat arrive à son terme. L'ancien Premier ministre part largement favori. Il recueille 67% d'opinions favorables auprès des sympathisants du parti (seuls les militants pourront voter), contre 22% pour Jean-François Copé, dans un sondage Harris Interactive. Verdict, dimanche.