Scolarisation

Lancement du chantier sur la professionnalisation des AVS

Les ministres Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin se sont rendues dans un lycée de Paris pour présenter le groupe de travail sur la professionnalisation des accompagnants
Les ministres Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin se sont rendues dans un lycée de Paris pour présenter le groupe de travail sur la professionnalisation des accompagnants

Le gouvernement a lancé officiellement ce matin le chantier de la professionnalisation des accompagnants des enfants et adolescents en situation de handicap.

G eorge Pau-Langevin, ministre déléguée à la Réussite éducative et Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées, se sont rendues ce matin dans le lycée professionnel Marcel Deprez dans le 11e arrondissement de Paris. Elles y ont présenté le groupe de travail, constitué d'associations et de professionnels de l'éducation, qui œuvrera à la création d'un véritable métier d'accompagnant. Cet atelier sera présidé par Pénélope Komites, chargée du handicap au sein du pôle social durant la campagne présidentielle de François Hollande.

Faute d'un nombre suffisant d’auxiliaires de vie scolaire (AVS) et d'un manque de formation, des milliers d'enfants handicapés - 6000 selon la FNASEPH - se retrouvent chaque année sans établissement scolaire. Une situation à laquelle entendent bien mettre fin les deux ministres. « Dès cette rentrée scolaire, nous avons décidé de la création de 1500 AVS supplémentaires afin d’accompagner au mieux les élèves en situation de handicap », rappelle la ministre George Pau-Langevin.

Vers la professionnalisation des AVS

Le travail mené par ce groupe doit permettre de dégager les contours de cette nouvelle profession d’accompagnant qui inclura notamment les personnels intervenant au sein de l’école : les auxiliaires de vie scolaire et les assistants de scolarisation. La reconnaissance et la pérennisation de la fonction d’accompagnant doivent en passer par la définition d’un référentiel de compétences et d’activités. Ces professionnels seront appelés à intervenir dans des structures et sous des tutelles différentes. Un niveau de diplôme minimum validé par toutes les institutions concernées devra être envisagé.

« Toutes les dimensions de l'accompagnant sont importantes, dans la classe et hors de la classe ; le rôle du groupe de travail sera aussi de prendre en compte la singularité de chaque enfant pour l'aider à vivre comme tous les autres enfants. » , explique Marie-Arlette Carlotti.

Une première réunion est d'ores et déjà programmée le 30 octobre prochain. Le calendrier prévoit ensuite la mise en palce de quatre autres réunions jusqu'à la mi-mars, date où le groupe de travail devra remettre ses conclusions au gouvernement pour une application dès la rentrée 2013.

 

La ministre Marie-Arlette Carlotti sur la professionnalisation des AVS :