Podcasts - L'invité de la rédaction

Vendredi 17 Novembre 2017

Tutelles, curatelles, 10 ans après la loi, qu'est-ce qui a changé?

Invité : Ange Finistrosa, Président de la Fédération nationale des associations tutélaires.

00:00

En 2007, la loi sur la protection juridique des majeurs a été réformée. Objectif à l'époque : mieux adapter ces mesures à la situation des personnes et limiter le nombre de mesures. Dix ans plus tard, les personnes sous tutelle ou sous curatelle sont plus de 700 000 et le chiffre n'arrête pas de grimper.

Peut-on sortir de cette situation? Les majeurs "incapables" ont-ils encore des droits quand ils sont placés sous tutelle? Comment peuvent-elles gérer leurs ressources et leur patrimoine? Au dela des questions financières, les personnes ont-elles encore une autonomie pour leur vie personnelle : droit de vote, mariage, divorce, de quoi sont-elles aussi privées?

 

Jeudi 16 Novembre 2017

Départements en Ile de France, quelles politiques sociales ?

Invité : Christian Favier, Président du conseil départemental du Val de Marne

00:00

- la place des départements dans les politiques sociales.
    Compétences, financements
- les réformes de l’organisation territoriales en Ile de France
    Grand paris, région, départements, qui fera quoi demain?
- les spécificités du Val de Marne pour les politiques sociales.
    Ce qui est différent dans le 94.

Mercredi 15 Novembre 2017

Emploi et handicap, que dit le Gouvernement ?

Invité : Sophie Cluzel, secrétaire d'état en charge des personnes handicapées

00:00

- Après 30 années d'obligation d'emploi et 21 "Semine pour l'emploi des personnes handicpaées", les personnes handciapées sont deux fois plus au chomage que les autres, faut il changer de méthode?

- Eric Woerth affirme que le gouvernement a une politique "incohérente" pour le handicap. Que lui répondez-vous?

- Les PME et les TPE se sentent abandonnées sur la question de l'emploi des personnes handicapées?

- Faut-il fermer tous les établissements médico-sociaux comme le recomande l'ONU?

- Les travaileurs des ESAT ne doivent-ils pas entrer dnas le droit commun?

Sophie Cluzel sur Vivre FM

 

Lundi 13 Novembre 2017

Allo, parlons d'enfants

Invité : Hervé Clech responsable de "Allo Parlons d'enfants", ligne d'écoute pour les parents et les professionnels, Alain Coulon parent et administrateur de l’association Ar Roc'h

00:00

Vous êtes un parent, un oncle, un grand-parent, un frère... Vous avez une préoccupation, un souci au sujet d’un enfant, d’un adolescent ? Vous êtes professionnel :Un enseignant, un travailleur social, une assistante maternelle, un médecin...

L’équipe d’Allo Parlons d’Enfants peut vous aider :

• Une équipe de professionnels de l’enfance, de l’adolescence et de bénévoles formés à l’écoute.

• Une base de données actualisée de plus de mille références permet de vous orienter vers le service le plus adapté près de chez vous .

• Des conférences, interventions sur les questions de l’enfance, adolescence, accompagnement à la parentalité.

Pour parler d'enfants appellez le 02 99 55 22 22.

Vendredi 10 Novembre 2017

Comment sortir du sous-emploi des personnes handicapées?

Invité : Dominique Gillot, ancienne ministre, présidente du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées

00:00

Le taux de chômage des personnes handicapées est double de celui des personnes valides. Comment sortir de cette situation qui perdure ? Comment permettre l'accès à l'emploi de ceux qui en sont le plus éloignés ?

Alors que démarre la 21 semaine pour l'emploi des personnes handicapées, le modèle n'a-t-il pas atteint ses limites ? Faut-il passer de la sensibilisation à l'action et à des mesures concrètes qui aident le recrutement et le maintien des personnes handicapées ?

Dominique Gillot a été chargée d’une mission par la secrétaire d’état, Sophie Cluzel pour faire des propositions concrètes pour améliorer l’emploi des personnes handicapées.

Jeudi 09 Novembre 2017

Le salon des services à la personne

Invité : Marie-Pierre Doré, Directrice générale du salon des services à la personne

00:00

Les métiers des services à la personne recrutent. Ces métiers ont souvent mauvaise presse: mal payés, trop précaires, sous qualifiés,...

Peut-on envisager de faire carrière dans ce domaine? Peut-on faire valoir son expérience d'aidant familial pour accéder à un emploi? Peut-on se former pour ces métiers?

Quelque soit votre profil, vous avez une raison de venir au salon des service à la personne  :

Vous êtes un (futur) salarié du secteur,

Vous voulez :

  • Rencontrer des structures qui recrutent

Vous informer sur l'emploi direct par les particuliers employeurs

  • Découvrir les formations du secteur
  • Vous informer sur les possibilités de carrière
  • Faire le point sur vos droits et devoirs
  • Rencontrer les représentants des syndicats de salariés

Vous êtes un particulier, une famille, un aidant,

Vous voulez :

  • Trouver les services qui vous facilitent le quotidien à domicile
  • Faire le point sur les aides financières et avantages fiscaux
  • Faire le plein de conseils pour bien vieillir et rester autonome
  • Allèger votre quotidien d’aidant
  • Découvrir les solutions pour une maison simplifiée, sécurisée, connectée...

Vous êtes un dirigeant ou créateur de SAP,

Vous voulez :

  • Faire le point sur l’évolution du secteur et ses perspectives
  • Trouver des conseils et solutions pour créer, développer votre entreprise ou association
  • Rencontrer des franchiseurs
  • Comprendre l’agrément, la déclaration, la certification qualité...
  • Être conseillé sur la professionalisation de vos salariés et les solutions pour les fidéliser

Le salon des service à la personne

14 et 15 novembre 2017

Parc des expositions Porte de Versailles Paris

Entrée gratuite.

Information et reservation sur le site du salon.

 


Mercredi 08 Novembre 2017

Education pour tous

Invité : Marc Vannesson, Délégué général du think tank "Vers le haut"

00:00

Quelle est notre responsabilité personnelle dans la crise éducative qui fragilise la France et laisse sur le bord du chemin une part croissante de la jeunesse ? Qu’avons-nous fait pour que tant de talents et d’espérance soient gâchés ? Est-ce seulement la faute de l’école ?

Dans ce livre nourri d’expériences de terrain, l’auteur montre comment nous avons délaissé le champ éducatif, persuadés qu’augmenter le budget du ministère de l’Éducation nationale suffisait pour nous dédouaner de nos devoirs à l’égard des plus jeunes.

Sans tabou, l’auteur s’interroge sur les causes de la crise éducative : comment éduquer quand le rapport à l’autorité et à l’enfant a changé ? Comment éduquer quand on passe d’un système où il y a 20 000 bacheliers par an à 600 000 aujourd’hui ? Quel est l’impact des ruptures familiales sur l’éducation ? Et l’immigration ? Le numérique ? L’égoïsme des adultes qui préfèrent être cools qu’exemplaires ?

Avec des propositions fortes et précises, Marc Vannesson appelle à une mobilisation générale en montrant comment, tous ensemble (parents, citoyens, enseignants, acteurs associatifs, responsables d’entreprises...), nous pourrions construire une société éducatrice. Un livre qui invite à la réflexion et à l’action pour mieux assumer nos responsabilités envers les jeunes générations.

Son livre "Tous éducateurs et vous ?" vient de paraître chez Bayard.

Tous educateurs et vous Marc Vannesson

Mardi 07 Novembre 2017

Nutrition et handicap, le projet des étudiants de Beauvais

Invité : Clémence Quéré, Pauline Gonthier, Chloé Poujol, étudiantes Master 2 alimentation et santé à l'école Uni Lasalle à Beauvais, Désiré Leroux, Elvis Desailly résident du Foyer occupationnel "L'étincelle" de l'Arche à Beauvais, Palmira Ferreira, assistante d'atelier cuisine au Foyer occupationnel "L'étincelle" de l'Arche à Beauvais.

00:00

Un programme nutritionnel et un jeu sportif adapté améliorent le bien-être et le statut pondéral de personnes en situation de déficience intellectuelle.


Une étude sur la prévention du surpoids pour les personnes avec un handicap mental :


En France, 792 000 personnes souffrent d’une déficience intellectuelle. Les actions de prévention pour cette population sont jugées insuffisantes par rapport à la population générale. Pourtant, ces personnes ont un risque d’obésité plus élevé. C’est dans ce contexte que le projet s’est déroulé à l’Arche à Beauvais, foyer de vie accueillant 16 personnes en situation de déficience intellectuelle.

Un état des lieux réalisé avant la mise en place du plan d’action a montré une insuffisance d’activité physique régulière pour une partie des résidents et une consommation alimentaire non adaptée et excessive. Le but de ce projet est d’améliorer le bien-être et le statut pondéral des personnes en situation de déficience intellectuelle grâce à la mise en place d’un plan d’action. Celui-ci comprend un programme nutritionnel accompagné d’une formation sur l’équilibre alimentaire destinée aux assistants ainsi qu’un jeu sportif adapté.

Matériel et méthodes:

Le plan d’action a été mis en place sur une période de 9 semaines à partir du 6 mars 2017 au sein de l’Arche à Beauvais. La population étudiée comprend 7 femmes et 9 hommes âgés entre 20 et 72 ans (moyenne d’âge : 43 ans) en situation de déficience intellectuelle (n=16). Un questionnaire de bien-être a été remis aux 16 résidents (questions adaptées aux capacités de compréhension) et aux assistants avant et après la mise en place du plan d’action. Ces questionnaires permettent d’évaluer le bien-être des résidents à travers la mesure des indicateurs suivants : la qualité de sommeil, la pratique régulière d’une activité physique et les sensations alimentaires avant et après les repas. Sur les 16 résidents, 4 sont en situation d’obésité et 2 en situation de maigreur. Le poids de ces 6 résidents a été relevé avant et après la mise en place du plan d’action.


 
Résultat : un poids plus adapté, mais aussi un meilleur sommeil :

La comparaison des résultats des questionnaires avant et après la mise en place du plan d’action a mis en évidence une amélioration de la qualité du sommeil des résidents. 38% avaient des difficultés à s’endormir avant le plan d’action contre 17% après. 86% des résidents estiment pratiquer une activité physique régulière contre 69% avant la mise en place du plan d’action.

Le jeu sportif adapté a ainsi permis de motiver certains résidents à adopter de nouvelles habitudes de vie. Cependant, le sentiment de faim entre les repas est plus important depuis la mise en place du plan d’action : 67% se plaignent d’avoir faim entre les repas contre 12% avant. Ces résultats s’expliquent par un changement important de leurs anciennes habitudes (portions réduites). Concernant l’évolution pondérale sur les 9 semaines, les 4 personnes en situation d’obésité ont perdu en moyenne 1,1kg ± 0,7. Les 2 personnes en situation de maigreur ont pris en moyenne 0,75 kg ± 0,2.
Conclusion: La mise en place du plan d’action a montré des résultats encourageants concernant la qualité de sommeil, la pratique d’une activité physique régulière et l’évolution des poids des résidents. Toutefois, il reste des axes d’amélioration pour réduire les contraintes et pérenniser l’utilisation des outils.

Podcasts

Logo de l'émission Ça des méninges !

Logo de l'émission Ça des méninges !

Logo de l'émission Au plus près de la recherche

Logo de l'émission Les petites histoires