Podcasts - Les spécialistes - Associations solidaires

Jeudi 14 Décembre 2017

Paris en selle, pour que le vélo s'intègre au paysage culturel

Invité : Philip Hertzog, vice-président de « Paris en selle » et, au téléphone, Marie Cardinal, adhérente de « Paris en selle » et cycliste enceinte

00:00

 

« Prendre le vélo, comme les Parisiens peuvent emprunter un bus ou le métro ». C'est ce genre d'habitude qu'aimerait se voir développer Philipp Hertzog, en sa qualité de vice-président de « Paris en selle ». L'association avec ses 450 adhérents fait également partie de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) afin de promouvoir le vélo urbain au quotidien. L'utilisation sportive ou de loisirs ne rentre pas dans les champs d'action de « Paris en Selle ».

Cet adepte de la bicyclette a notamment vécu à Göttingen (Allemagne): « la ville cyclable par excellence ». Philip Hertzog décrit comment le vélo tient une place prépondérante dans cette ville universitaire. « Tout le monde pratique, même les automobilistes. Cela amène un autre regard vers les vélos. » Lorsqu'ils échangent les rôles, conducteurs automobiles et cyclistes développent leur vigilance sur la route. Car qui ne s'est pas senti effrayé à la simple vue de circuler sur un deux-roues au niveau des quais bouchonnés de Paris ?

Au-delà des dangers courant de la route, pour les publics les plus vulnérables, l'utilisation du vélo n'est pas évidente. Des habitués comme Marie, une fois tombée enceinte, peuvent davantage hésiter à slalomer entre les véhicules. « Paris en selle » soutient le déploiement d'aménagements adaptés.

Pour militer, de manière globale, et défendre l'usage du vélo sur toute l'Ile-de-france, plus d'une vingtaine d'associations ont été recensées sur le site Mieux se déplacer à bicyclette. Elles participent notamment à l'événement Convergence, dont l'édition 2018 réunira les fans de vélos le dimanche 3 juin. Pour une découverte des itinéraires dans Paris et sa banlieue. Plus de pistes cyclables et plus de vélos sur les routes, tel est le pas initié notamment avec le Plan vélo de la ville de Paris. 

Contacts :

Paris en selle, 62 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris

Lien vers le site Internet

Compte Twitter

Mardi 12 Décembre 2017

Méditez pour aller mieux, ça marche, c'est prouvé scientifiquement !

Invité : Dr Marie-Ange Pratili, trésorière de l'ADM, Association pour le Développement de la Mindfulness, Jeanne Nsi, patiente traitée pour un cancer qui vient de finir un cycle MBSR et Sandra Gidon, directrice de l'ADAGE, l'Association d'Accompagnement Global contre l'Exclusion, instructeur

00:00

Jeanne Nsi, Marie-Ange Pratili de l'ADM, Sandra Gidon, de l'adage

L'ADM, Association pour le Développement de la Mindfulness, est née en 2009 dans le but de promouvoir et diffuser auprès du grand public les actions autour de l'utilisation de la pleine conscience comme outil de mieux être, en dehors de tout contexte religieux.

La MBSR (Mindfulness-Based Stress Reduction) pour la réduction du stress ou la MBCT (Mindfulness-Based Cognitive Therapy) pour la prévention de la rechute dépressive sont des programmes reposant sur la pleine conscience. Ils ont de plus en plus leur place dans le soin de la souffrance physique ou psychique et leur intérêt a été validé scientifiquement dans de nombreux domaines.

Un des initiateurs du MBCT a été Zindel Segal, professeur du département de psychiatrie de Toronto. Cet outil a servi à la prévention de la rechute dépressive. En France, l’hôpital Sainte-Anne (troubles anxieux et dépressifs, troubles du comportement alimentaire), la Pitié Salpêtrière (néphrologie), l’hôpital Georges Pompidou (douleurs chronique, cancérologie), Saint Antoine (douleurs chroniques), et l’Institut Gustave Roussy (cancérologie) se servent des programmes MBCT et MBSR.

Les bienfaits de la méditation sont reconnus. Elle permet d'ouvrir un autre regard sur soi, de prendre du recul par rapport à diverses situation et d'ainsi apprendre à sortir de certains mécanismes comportementaux. C'est aussi un formidable outil pour vaincre le stress.

Contacts :

https://www.association-mindfulness.org/

http://www.liguecancer92.org/content/meditation-pleine-conscience-mbsr

ADAGE - Association D'Accompagnement Global contre l'Exclusion
17 rue Bernard Dimey, 75018 Paris
01 58 59 01 67
http://www.reseau-alpha.org/apprentissage/structures/adage

 

Jeudi 07 Décembre 2017

ARCAMS : des arts martiaux accessibles à tous, handicap ou pas

Invité : Sandra Loco, présidente de l’association Arcams (association recherche, culture, arts martiaux, santé), Myriam Lartet, médaillée de bronze aux championnats d'Europe de Tuishou

00:00

Myriam Lartet, Sandra Loco de l'association ARCAMS

Ils se préparent à une compétition en grappling prévue le 10 décembre 2017, en Ile-de-France. Parmi les adhérents d’Arcams, il existe des personnes porteuses d’un handicap et surtout passionnée par les arts martiaux. La présidente de cette association multisports basée dans le 18e arrondissement de Paris, elle-même souffre d’une pneumonie. Pourtant, tous les vendredis et samedis, fidèle, elle prend part aux activités.

Et le dimanche, elle emmène les volontaires à la piscine des Amiraux, notamment. Au lendemain des séances, elle privilégie la natation pour récupérer de l’effort.  Cette association met un point d’honneur à défendre le sport et la santé. « Nous y faisons attention car nous acceptons le public avec un handicap », insiste Sandra Loco.

Plus largement, l’enseignement, adapté aux progrès et capacités de chacun, recouvre trois aspects : martial, sport, et santé. Ils sont chacun différenciés pour permettre à l’élève de se situer par rapport à ses motivations. La technique martiale vise à comprendre son schéma corporel et mental, dans le respect de soi-même et des autres. Une attention toute particulière est portée sur le placement correct des élèves (au niveau des pieds, genoux, bassin, lombaires, colonne, épaules, nuque). Avec comme objectifs : savoir se relâcher, se placer et se renforcer, voire acquérir un équilibre pour la vie.

Chaque élève peut diversifier ou spécialiser sa pratique, participer à des compétitions, passer le brevet d’État ou une ceinture qui lui permettront d’acquérir une compétence reconnue.

Contacts :

Les cours d’Arcams (association recherche, culture, arts martiaux, santé) se déroulent dans trois lieux parisiens :

  • Cité Träeger : rue Boinod, Paris 18e, métro Marcadet-Poissonniers (M4-M12)
  • Gymnase Paul Valéry : 15, rue de la Nouvelle-Calédonie, Paris 12e, métro Porte Dorée (M8-T3)
  • Gymnase Ostermeyer : 22 ter, rue Pajol, Paris 18e, métro Marx Dormoy (M12) ou La Chapelle (M2)

Lien vers le site Internet : par ici

Compte Facebook

Lundi 04 Décembre 2017

4-8 décembre Place à l'emploi : atelier coaching en direct de Vivre Fm

Invité : Sophie Vergnaud, directrice de Place à l’emploi ainsi que deux participants à l'atelier de coaching de Vivre Fm par l'intermédiaire de Place à l'emploi, Anissa Ketiti, Bernard Corlu

00:00

Le temps d’une semaine, Place à l’emploi, Asso indépendante créée notamment par Bureaux à Partager, met en relation des demandeurs d’emploi et des entreprises. 5000 demandeurs d’emploi attendus. Plus d’un tiers auraient ainsi des chances de retrouver un emploi (37% de retours à l’emploi)

Dans toute la France, des ateliers gratuits de coaching se déroulent du 4 au 8 décembre 2017. Cela concerne en tout 500 ateliers aux thèmes variés. Ils abordent la présentation à un entretien, le métier de télévendeur ou de développeur web, la visibilité sur les réseaux sociaux, la prise de parole… Pour s'inscrire : https://www.placealemploi.fr/

Contacts :

https://www.placealemploi.fr/

Vidéo de 2 min qui présente Place à l'emploi : 
https://www.youtube.com/watch?v=nNl3S2ygX_g&t=3s

Vendredi 01 Décembre 2017

L'association Phare apporte soutien aux personnes endeuillées

Invité : Thérèse Hannier, présidente fondatrice de Phare Enfants Parents et Isabelle Proietti Gendreau, adhérente de Phare Enfants Parents et parent endeuillé

00:00

 

« Une défaillance médiatique ». Selon Thérèse Hannier, la prévention du suicide devient de plus en plus taboue. Il existe pourtant deux journées de sensibilisation au niveau nationale, le 5 février, et mondial, le 10 septembre. La présidente de Phare, association dédiée à l’accompagnement des publics endeuillés par un suicide, déplore une des recommandations du Haut conseil de santé publique. Selon Thérèse Hannier, cet organisme « préconise de ne pas parler du suicide, notamment dans les écoles ». A une étape de la vie où nombre de sujets sont en proie « aux harcèlements, insultes, usages de drogues et stupéfiants », appuie la présidente également fondatrice de Phare.

Contacts :

Association Phare

5 rue Guillaumot - 75012 PARIS

Ligne d’écoute au 01 43 46 00 62 ouverte du lundi au vendredi de 10 h à 17 h. 

Des écoutants formés sont à disposition du public pour :

·   Exprimer des inquiétudes

·   Mieux comprendre la relation avec son ou ses enfants

·   Décoder des comportements

·   Obtenir une information ou être orienté

 

 

 

 

Jeudi 30 Novembre 2017

L'Assap, des sapeurs-pompiers investis dans le sport pour tous

Invité : Anne-Laure Tortillon, sportive en fauteuil et résidente de la MAS de la Vallée du Lunain, en Seine et Marne accompagnée de Philippe Salamoni, animateur socio éducatif ainsi que Julien Idalghi, président de l'Assap 77 et Xavier Gouraud, premier adjoint de l'Assap 77, tous deux sapeurs pompiers professionnels de la caserne de Savigny-le-Temple

00:00


Prendre part à un trail sous la neige, courir le semi-marathon de Paris lorsqu’on est tétraplégique, c’est possible !  L’association ASSAP 77 le permet grâce à l’investissement de ses pompiers bénévoles.

L’association ASSAP 77 Sport pour tous réunit des sapeurs-pompiers et des personnes en situation de handicap, afin de se dépasser sportivement et surpasser le handicap.
ASSAP 77 travaille avec différentes structures dont la MAS de la Vallée du Lunain, en Seine et Marne, pour permettre à certains résidents de prendre part à des compétitions sportives destinées à la base à un public valide.

La maison d’accueil spécialisée COS MAS de la Vallée du Lunain accueille des personnes adultes en situation de grand handicap. En majorité, des personnes atteintes de pathologies neuro-musculaires évolutives dont l’expression clinique implique une dépendance totale pour tous les actes de la vie quotidienne (myopathie, SLA …). Mais également des blessés médullaires (tétraplégiques) et des infirmes moteurs cérébraux.

La Maison d'accueil spécialisée COS MAS de la Vallée du Lunain fait partie du COS, un groupe associatif qui gère plus de 60 établissements et services qui ont entre autres missions de favoriser l’autonomie des personnes en situation de handicap (temporaire ou définitif) au sein d’établissements de santé, établissements de réadaptation et de formation, maisons d’accueil spécialisées, foyers médicalisés et services d’accompagnement et de soins.

Contacts :

*Association COS
Cos Mas de la Vallée du Lunain
2 rue des Arches
77710 Nanteau-sur-Lunain
https://www.cos-asso.org/

https://www.cos-asso.org/maison-daccueil-specialisee-cos-mas-de-la-vallee-du-lunain 

 

*Association ASSAP 77 Sport pour tous
https://www.facebook.com/SportPourTous77/
Assap77.Sport.Pour.Tous@gmail.com

Mercredi 29 Novembre 2017

Almoha, une chocolaterie solidaire inclusive dans le Val d'Oise

Invité : Nadine Abondo, présidente de l'association Almoha et au téléphone depuis Yaoundé, Christine Tene Monguem, bénévole et mère de famille camerounaise dont l'enfant souffre d'une maladie rare. Almoha lance une chocolaterie solidaire dans le 95 pour l'insertion des personnes handicapées

00:00

Nadine Abondo répond aux questions de Carole Clémence


« Ingrid, 3 ans a été brûlée vive par un charlatan qui pensait pouvoir épancher son hydrocéphalie par une machette chaude. » Cette situation rapportée par la présidente d'Almoha, Nadine Abondo, est de moins en moins courante en Afrique. Par des actions comme celle de cette ONG de solidarité internationale, les enfants souffrant de maladies rares peuvent espérer se faire opérer plutôt que d'avoir recours à de la sorcellerie.

Dès 2004, Nadine Abondo a permis à un enfant d’être opéré en France. Une initiative coûteuse car « cela peut mobiliser environ 50 000€ », relate la présidente. Aujourd’hui l’association apporte une expertise médicale en Afrique. Pour que les enfants souffrant de maladies rares, d'anomalies congénitales et de handicap soient soignés sur place.  

Avec l’aide d’étudiants ingénieurs agronomes de l’ISTOM (École supérieure d'agro-développement international), l'association Almoha a lancé une collecte de fonds qui s’est terminée en juin 2017. Ensemble, ils mettent en place une chocolaterie solidaire dans le Val d’Oise, à Saint-Ouen l'Aumône. Un projet relié au continent africain. Les ventes de chocolats devraient comencer pour Pâques 2018. En janvier, le recrutement et la formation des employés en insertion commencent. Des travailleurs handicapés utiliseront le chocolat de couverture et commercialiseront les confiseries et les tablettes. 

Au Cameroun, à Sangmélima, le chocolat de couverture et le chocolat à croquer commence tout juste à être produits dans une unité de fabrication artisanale, issue d'une coopérative de 150 petits producteurs.

Contacts : 

Almoha

92 bis av de la Division Leclerc 

95160 Montmorency

Opération de Microdon : sur ce lien

Compte Facebook de Nadine Abondo et compte FB de la chocolaterie

Compte Twitter de Nadine Abondo

Mardi 28 Novembre 2017

Droit au HLM : des solutions pas toujours adaptées

Invité : Philippe Mazenc, directeur territorial pour l'Ile-de-France à la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement (DRIHL)

00:00

Philippe Mazenc dans le studio face à Carole Clémence

« Je suis obligée de cumuler trois heures de route chaque week-end pour rendre visite à son enfant handicapé ». Nadia, mère de quatre enfants aimerait pouvoir bénéficier d'un logement adapté pour accueillir son fils. Elle appelle Vivre FM pourexpliquer que le logement social, situé au premier étage sans ascenseur, est inaccessible pour qui veut se déplacer en fauteuil roulant. Philippe Mazenc, directeur territorial de la Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement (DRILH) lui a conseillé, au micro de Vivre FM de relancer des demandes au titre du DALO (Droit au logement opposable).

C'est, semble-t-il, peine perdue pour Nadia, auditrice elle aussi de Vivre FM. « La commission refuse de reconnaître le caractère prioritaire de la demande au motif que je suis déjà bénéficiaire d'un logement social », souligne cette habitante de Pantin (Seine-Saint-Denis). Alain, quant à lui, espère obtenir depuis 2002 un logement adapté. Face à son exigence - rester à Paris dans un appartement d’au moins 30 m2 - il n’essuie que des refus. Selon Philippe Mazenc, une solution pour faire bouger son dossier consiste à « élargir le secteur à toute l’Ile-de-France ».

Sur la capitale, environ 8000 logements sociaux sont créés chaque année. Et trois fois plus en Ile-de-France. La pression reste forte : environ 200 000 foyers par an sont recensés pour accéder à de tels logements. Or, le nombre d’attributions (80 000/an) s’avère être toujours inférieur aux demandes.

Le désarroi des auditeurs est criant. Tous ont été reconnus dans leur droit à un logement social et à son caractère prioritaire mais aucun ne jouit d’un logement vraiment adapté à sa situation. En réaction, Philippe Mazenc préconise de détailler chaque cas afin de monter un dossier précis et ainsi obtenir la réponse la plus adéquate possible.

Contacts :

DRIHL Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement

Plus d'infos sur le dispositif DALO, par ici

Lien vers le Guide de l'accès au logement de la DRIHL à l'usage des travailleurs sociaux, par ici

Podcasts

Logo de l'émission Les spécialistes - Emploi et  handicap

Logo de l'émission L'invité de la rédaction

Logo de l'émission À l'asso !

Logo de l'émission L'agenda différent de Vincent Geoffroy